La sélection AVI International des meilleures applications voyage

Des applications pour faciliter la vie des voyageurs, il y en a de plus en plus. Budget, logement, transport, des solutions innovantes et économiques sont prévues pour (presque) tous les soucis du voyageur. Mais encore faut-il choisir les bonnes !
AVI International vous propose une sélection des meilleures application pour voyager.

 Choisissez votre catégorie :
 

Budget

Communication

Cartes

Destination

Devises

 


Logement

Organisation

Transport

Sécurité

 

P.S. : N’hésitez pas à laisser vos applications en commentaire pour compléter la liste.

par Carl Schroeder
Minilogo

Le fromage des Quechua

Elle a grandi dans les Cévennes et lui en Charente. Aujourd’hui, Julia Steiner et Charles Belair travaillent tous les deux depuis plus de cinq ans au service de parcs naturels situés dans le Massif central. « Le soutien aux producteurs locaux et la valorisation de leurs produits fait partie de notre métier ici. Le Massif central et le fromage… c’est une longue et belle histoire qui dure : Saint-Nectaire, Fourme d’Ambert, de Montbrison, Cantal, Salers … font partie de notre patrimoine ! » explique le couple. Ainsi, lorsqu’ils développent un jour un projet de voyage solidaire, ils souhaitent naturellement qu’il soit lié à la production de fromage… Cette idée les mène au Pérou, au sein de l’association Allpa. Après de nombreux échanges, une entente avec leurs directeurs respectifs est trouvée pour s’engager dans une année de solidarité internationale.

Production fromagère - Crédits : Carlos Ly SUCO - Allpa

Production fromagère – Crédits : Carlos Ly SUCO – Allpa

Allpa est née il y a une dizaine d’années dans la région d’Ancash, au cœur de la cordillère blanche, à 3 000 mètres d’altitude. L’association a été créée suite à un programme d’actions mis en place par l’ONG canadienne SUCO dont le but est de renforcer les capacités d’intervention locales puis de laisser les acteurs locaux s’emparer des projets et les mener de manière autonome. Allpa veut créer une filière de commercialisation des produits laitiers et plus particulièrement du fromage et développer un centre de formation sur les techniques agricoles destiné aux plus jeunes, qui souvent partent de la région pour ne plus y revenir. Le projet du couple trentenaire est lauréat de l’édition 2015 de la Bourse AVI International. Il aidera au suivi administratif et financier des projets, à la recherche et à la formalisation de partenariats, au transfert de connaissances en matière de gestion de projets et de recherche de financements. Fin octobre 2015, Julia Steiner et Charles Belair rejoindront les sept spécialistes andins de l’association : vétérinaire, ingénieur agronome, etc.

Province de Huari - credits Carlos Ly SUCO - Allpa

Province de Huari – credits Carlos Ly SUCO – Allpa

Les familles de culture quechua sont regroupées pour la plupart en communautés et vivent du travail de la terre, de l’élevage de vaches et cochons d’inde ou de la fabrication de fromages. Elles sont en situation d’extrême vulnérabilité de par leur incapacité à faire face aux aléas climatiques et ainsi assurer des rendements suffisants pour vivre. Elles sont également exclues des systèmes politiques décisionnels et ne peuvent donc accéder aux services basiques de qualité comme l’éducation et la santé. Leurs enfants sont les plus vulnérables : problèmes de malnutrition, d’analphabétisme,… engendrant le cercle vicieux de l’exclusion. Depuis quelques années cependant, l’intervention active de l’association Allpa permet d’apporter de sérieux changements et de donner des perspectives à travers un appui à la fabrication de fromages, à l’amélioration de l’irrigation et de l’hygiène de vie…

Cinécyclo Tour Sénégal

_DSC0190  cinecyclo-13nov-dakar-29

Vincent Hanrion fait partie des trois lauréats de la Bourse AVI International 2015. Lorsque le jury choisit son projet « Cinécyclo Tour Sénégal » au mois de mai, il est assis sur son vélo sur les routes italiennes et s’entraîne pour son futur voyage en Afrique.

Il devra en effet muscler ses mollets pour mener ce projet à bien. En novembre 2015, il sillonnera le Sénégal 6 mois avec une bicyclette un peu particulière… Celle-ci se transforme en générateur électrique ! Le jeune homme de 29 ans souhaite grâce à l’engin qu’il a conçu et fabriqué, proposer des séances de cinéma aux habitants ayant l’habitude des soirées à la lueur des lampes à pétrole.

cine-cyclo
Trois films africains et 12 d’animation seront ainsi projetés en plein air. Seront aussi proposés quatre films en langues locales sur l’agriculture et l’environnement, grâce aux productions des organismes Access Agriculture et Purple Field Production.

Le jeune homme né à Metz et basé aujourd’hui à Savigny-Lès-Beaune en Côte-d’Or, parcourra 3000 kilomètres en passant par Ziguinchor, Kolda, Tambacounda, Kedougou, Saint-Louis ou Dakar. En 2014, il s’est déjà rendu dans le pays afin de préparer cette expédition, réaliser un prototype de génératrice à pédales et expérimenter les « soirées cinéma ».

Vincent-HanrionAvant cette aventure, il étudie le graphisme à l’école Supérieure des arts décoratifs de Strasbourg puis s’engage dans une voie artistique en photographie. Dans le domaine de l’image, il travaille en France et au Québec. En 2013, il fonde un ciné-club documentaire à Québec, ville dans laquelle il suit alors des cours intensifs de mécanique vélo en préparation du long voyage en deux roues dont il rêve depuis si longtemps.
 
En plus de la Bourse AVI International, son projet a également été lauréat de la Bourse Aventure Labalette 2015.

N’hésitez pas à aller les soutenir sur leur page facebook !

Bonne route à lui !

La Carte européenne d’assurance maladie

Si vous voyagez dans l’espace européen, au moins 15 jours avant votre départ, vous pouvez demander auprès de la Sécurité sociale (ou de votre mutuelle étudiante), votre Carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Très utile, elle vous permet, en cas de problème de santé, d’être dispensé d’avance de soins dans certains établissements.

Carte CEAMLors du Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires dont AVI International était partenaire le 21 mars dernier, un jeu-concours nous a permis de constater que beaucoup de personnes pensaient que la CEAM les mettait à l’abri de devoir régler d’importants frais de santé. Vous ne serez remboursés que si vos dépenses sont inférieures aux barèmes français de la Sécurité sociale. En résumé, vous serez pris en charge comme si vous étiez en France.

Planete_EtudesMais attention, les tarifs pratiqués par les professionnels de santé en Europe, peuvent être très éloignés des barèmes de la Sécurité sociale. Ainsi, une simple consultation médicale peut coûter une centaine d’euros en Irlande. Quand il faut ajouter des examens et des analyses médicales, le montant à payer peut vite devenir important. Un des clients d’AVI International à ainsi dû régler 1490 € en Suisse, après s’être fait hospitaliser pour une simple piqûre d’insecte. Heureusement, notre assurance voyage Planète Études, lui a permis de se faire intégralement rembourser.

La Sécurité sociale française recommande d’ailleurs elle-même sur son site, de souscrire un contrat d’assurance assistance voyage. Au final, ce sera votre assurance voyage qui garantira le remboursement des frais médicaux engagés et le rapatriement sanitaire en cas de maladie à l’étranger.

Samedi 21 mars 2015 à Paris : Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires

1403187_625700247518799_2137770689_o

Comment imaginer aujourd’hui une entrée dans la vie professionnelle sans la maîtrise d’une langue étrangère ? C’est bien la question que nombre de parents et de jeunes se posent. Pour apprendre une langue en immersion dans la culture du pays, les formules de manquent pas : séjours en famille, écoles de langues, voyages scolaires éducatifs, séjours au pair, cours+activités, jobs et stages… Mais comment choisir le séjour linguistique qui convient le mieux à chaque âge ? Quelle destination ? En famille ou en hébergement collectif ? A quel prix ?  

Toutes ces questions et tellement d’autres, chaque parent, chaque collégien, chaque lycéen, chaque étudiant se les pose. C’est pour cette raison que L’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques organise son salon pour la quatrième année consécutive, en partenariat avec AVI International. Il est gratuit et se tiendra au lycée Henri IV (Paris) le samedi 21 mars prochain.

« Il est indispensable, lorsqu’on envoie ses enfants à l’étranger, de souscrire une assurance santé, rappelle Afida Koucha, qui représentera AVI International lors du salon qui avait attiré 1800 personnes l’an dernier. Les jeunes partant pour un séjour au pair choisissent généralement l’assurance longue durée Marco Polo. Elle permet de faire sans limite des escapades touristiques dans les pays limitrophes de son séjour. Ceux qui partent pour un séjour estudiantin prennent en revanche l’assurance Planète Etudes, spécialement façonnée pour eux. »

Planete_Etudes  Marco_Polo_Famille_Seniors

Les détails de chaque contrat sont disponibles sur le site du spécialiste des assurances voyages et Afida répondra lors du salon aux questions des parents et des jeunes sur la question.

Une dizaine de conférences thématiques et une trentaine d’exposants permettront aussi de découvrir les formules de séjours linguistiques et éducatifs de façon vivante et conviviale.

Cette année encore, AVI International organise un jeu concours permettant de gagner un séjour linguistique d’une valeur de 800 €. Afin de vous mettre l’eau à la bouche, une petite vidéo tournée l’an dernier au Salon vous donnera une idée de l’ambiance qui y règne !

RV au lycée Henri IV, 23, rue Clovis 75005 PARIS, de 10h00 à 18h00 – Entrée  gratuite.
Lien vers l’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques 

Comment obtenir son PVT pour le Canada : tout ce qu’il faut savoir !

Vous aussi vous souhaitez tenter l’expérience Canada? Pays du sirop d’érable et des caribous? Un an d’aventure dans l’une des destinations les plus convoitées par les voyageurs du monde entier… Mais attention, le visa « Vacances-Travail » pour le Canada est un des plus difficiles à obtenir, alors mieux vaut être bien préparé. Dans cet article nous vous donnerons nos conseils ainsi que toutes les étapes à passer avant d’obtenir votre PVT. Il faut savoir qu’il est possible que certaines modifications aient été faites depuis l’année dernière. Les informations concernant l’EIC 2015 (et notamment la catégorie « Vacances-travail » -PVT-) seront affichées sur le site www.amb-canada.fr/eic dès qu’elles seront disponibles.

KS115008-1501x2251 canada

Critères d’admissibilité

Voici tout d’abord les critères auxquels vous devez répondre afin d’être éligible pour un visa pour le Canada:

Lire la suite

Kudimba : Un jardin au Malawi

Lauréat de la Bourse AVI International 2013, Frédéric Mary a mené une action exemplaire au Malawi, dans un orphelinat. Il vous présente ci-dessous le compte-rendu de son projet.

14_kudimba

KUDIMBA, un jardin au Malawi

Kudimba, “notre jardin” en Chichewa, la langue officielle du Malawi, est un projet
inspiré par Kunyumba, le centre d’accueil pour enfants handicapés et orphelins de
Senga Bay/Malawi, créé en 2008 par Maaike Bruynooghe, sage-femme belge,
Diethelm Kleinstoll, médecin, et Vera Kleinstoll, ergomotricienne, tous deux
d’origine allemande.

07_kudimba 06_kudimba

41_kudimba 39_kudimba

En 2012-2013, je traverse l’Afrique à vélo. Je parcours l’Afrique du sud, le Lesotho, la Namibie, le Botswana, la Zambie puis arrive au Malawi…

Une révélation ! Frappé par la beauté des paysages et l’extrême gentillesse de la population, je m’attarde sur les rives du lac, traversant le pays du sud au nord.

Sur les plages de sable blanc de Senga Bay, je rencontre Maaike Bruynooghe, qui m’invite à venir visiter Kunyumba, le centre d’accueil pour enfants orphelins et/ou handicapés qu’elle a créé.

Chaque jour, elle reçoit 25 enfants encadrés par une équipe locale de 8 personnes toutes issues des villages alentours. Chaque soir, afin de ne pas rompre le lien social, les enfants sont accueillis dans des familles d’accueil au sein du village.

Quelques mois plus tard, rentrés en Europe, j’imagine, avec le support de Maaike, un nouveau projet inspiré par Kunyumba.

35_kudimba 33_kudimba

Nous l’appelons « Kudimba », “Notre jardin” dans la langue locale chichewa.

Il consiste en la création d’un jardin potager et fruitier au sein de Kunyumba. Ce jardin est régi selon les règles de la permaculture. La permaculture est un mode de pensée global visant à la préservation et la sauvegarde de l’écosystème planétaire.

Elle conçoit des systèmes inspirés par les principes de la nature et encadre l’intégration harmonieuse de l’environnement et des populations.

Ces systèmes fournissent une alimentation de qualité, des abris, de l’énergie et satisfont l’ensemble des besoins humains de manière durable.

Ils intègrent la production alimentaire, les structures, les technologies, l’énergie, les ressources naturelles, l’aménagement paysager, les animaux, les végétaux et les structures sociales et économiques. Les principes s’appliquent aux zones urbaines et rurales et s’adaptent à toute échelle.

32_kudimba 31_kudimba

Kunyumba est installé à Senga Bay, un village de pêcheur sur les rives du lac Malawi.

Construit sur une dune de sable, il subit une forte érosion en période de pluies. La déforestation systématique accentue le phénomène, créant parfois de profonds ravins, à l’intérieur du village. Dans cet environnement, le sol, essentiellement sableux est difficile à cultiver sans techniques appropriées. Les populations locales, peu informées, utilisent des doses massives d’engrais et pesticides chimiques pour tenter de faire pousser quelques maigres légumes.

Sensibilisés aux questions environnementales, nous étudions une méthode de culture alternative, non polluante et durable car respectueuse des sols et des hommes : la permaculture.

27_kudimba 26_kudimba

LA RÉALISATION

Partis en septembre 2013, nous consacrons 4 mois à la réalisation du projet.

La première étape consiste à nous former localement aux techniques de permaculture adaptées aux pays tropicaux.

C’est à Livingstonia dans les montagnes du nord du Malawi que Auke et Lieza, installés au Malawi depuis 17 ans, proposent des formations techniques et pratiques adaptées aux modes de culture locale.

Afin de partager nos connaissances, Peter et Innocent, respectivement gérant et jardinier de Kunyumba nous accompagnent.

En une semaine de cours intensives rythmés par de nombreux exercices pratiques, nous apprenons la gestion des sols, de l’eau et la façon de panacher les variétés de plantes, fleurs, fruits et légumes de façon durable pour favoriser la biodiversité.

Nous clôturons cette semaine de cours en dessinant un plan adapté à notre environnement et à ses contraintes.

Forts de cet enseignement, nous revenons à Senga Bay très motivés et commençons les travaux illico. La saison des pluies approche et nous souhaitons terminer les plantations avant les premières pluies afin de bénéficier au maximum de cet arrosage naturel.

01_kudimba02_kudimba

25_kudimba 23_kudimba

Après mûre réflexion, nous commençons par abattre de grands arbres. Ces « Gemelinas » importés d’Asie lors de la période coloniale servaient à la charpente. Ils produisent malheureusement des fruits très acides qui empêchent toute culture dans leur immédiate proximité.

Dans le même temps nous replantons, 75 arbres, que nous importons des forêts du nord du Malawi. Nous les implantons sur la partie basse du terrain, là ou le sol, très sableux, soufre le plus de l’érosion lors des fortes pluies.

Sur 75 arbres plantés, nous n’en perdons que 2, un record dans ces conditions de sols et de météo difficiles.

Nous implantons notre jardin principal sur la partie médiane du terrain, là où en période de pluie, l’eau stagne. Le jardin profitera de cet apport en eau important et drainera le sol autour des habitations qui soufrent beaucoup de l’humidité, avant la saison des pluies.

Nous y plantons une grande variété de plantes, fruits et légumes, entourés de fleurs qui attirent de précieux pollinisateurs…

Après seulement 3 semaines, nous observons, incrédules, la pousse d’un épais tapis végétal. Le climat subtropical, chaud et humide est très adapté à l’agriculture. Il favorise la croissance de plantes qui mettraient des mois à sortir de terre en Europe.

20_kudimba 18_kudimba

LES BÉNÉFICES

Seulement 3 mois et demi après notre arrivée. Le projet est un succès. Un an après, c’est une réussite.

Nous cultivons des fruits et légumes destinés à l’alimentation des enfants du centre. Fragiles, une alimentation saine, équilibrée et abondante renforce leurs défenses immunitaires.

Nous interagissons et travaillons avec la nature de façon thérapeutique avec les enfants :

  • En développant les capacités motrices et sensorielles des enfants atteints d’un handicap au travers d’une activité utile et valorisante.
  • En donnant la possibilité aux enfants du centre et au personnel d’apprendre de nouvelles techniques afin de les utiliser et et de les enseigner plus tard.
  • En travaillant en équipe avec la satisfaction d’un résultat concret et motivant après un effort commun.
  • En donnant à chaque enfant l’occasion de réussir en se sentant unique et valorisé en dépit de leurs limites physiques et mentales.
  • Nous contribuons aux financements du projet en vendant l’excédent de production ; les profits générés ont permit l’achat d’un système d’arrosage.

17_kudimba 15_kudimba

LES SUITES DU PROJET

Le projet ayant été un succès. Il ouvre forcément des perspectives sur des projets de plus grande ampleur dans les années à venir.

Nous envisageons d’ors et déjà la création d’un Centre d’Aide par le Travail (C.A.T).

Les plus grands enfants accueillis par Kunyumba seront bientôt des adultes et la société malawite ne propose pas d’aide ou d’emplois assistés pour de jeunes adultes présentant un handicap moteur ou mental.

Nous souhaitons proposer, dans un environnement de travail sûr et motivant, la création d’un jardin potager et fruitier organique au sein d’une ferme gérée selon les règles de la permaculture. Le centre proposera un accueil de jour pour de jeunes gens en situation de handicap ou en détresse sociale.

Ce centre d’aide par le travail, favorisera une intégration harmonieuse de ces jeunes adultes vulnérables dans leur environnement social et naturel. Le but n’étant pas d’assister mais de rendre autonome nos résidents temporaires en développant et valorisant leur potentiel.

Nous leur offrirons la possibilité d’apprendre, d’expérimenter et d’acquérir de nouvelles compétences pour qu’à terme, ils puissent générer leurs propres revenus et mener une vie ”normale”.

11_kudimba 10_kudimba

A plus large échelle, notre action visera à briser le cycle intergénérationnel de vulnérabilité à l’origine de nombreux problèmes sociaux ou de santé (troubles psychiatriques et ou handicap) que nous avons constatés au Malawi.

La ferme sera auto-suffisante et produira une nourriture de qualité, abondante et variée, utilisée pour les besoins du centre. Elle sera également vendue sur les marchés alentours et dans les restaurants et hôtels, soucieux d’offrir une nourriture locale de qualité. Nous produirons également des compléments alimentaires naturels (moringa ou neem) à forte valeur ajoutée, sur un marché en pleine croissance. Les bénéfices générés financeront le développement futur du projet.

Parce que nous pensons que bon nombre de problèmes liés à l’enfance viennent d’une mauvaise voire d’une absence éducation sexuelle. Nous souhaitons, au travers d’un partenariat, avec le service maternité de la clinique de Salima, prodiguer des conseils et des soins de santé généraux et sexuels aux jeunes pensionnaires de la ferme.

Ainsi, nous orienterons les jeunes de la communauté de Senga Bay au travers d’une activité de planification familiale. L’objectif étant de réduire le nombre de grossesses précoces, accidentelles ou non-voulues et d’enseigner aux jeunes gens à se protéger contre le viol, le VIH et les autres infections sexuellement transmissibles.

09_kudimba 08_kudimba

Un suivi personnalisé sera proposé aux femmes enceintes présentant des risques, en raison de leur jeune âge, d’un handicap ou de toutes autres raisons justifiant notre action.

Deux bungalows seront installés sur le terrain de la ferme. Ils permettront de recevoir, dans un environnement préservé, en pension complète, des sages-femmes occidentales soucieuses de compléter leur cursus professionnel en travaillant dans le service maternité de la clinique de Salima.

Cette activité hôtelière sera gérée par les jeunes adultes du centre, supportés par le personnel local, au travers d’un programme de formation visant à leur donner l’autonomie et l’expérience nécessaire à la recherche d’un emploi dans un secteur du tourisme en plein essor.