En passant

Projet Autopias – Bourse AVI International 2013

Projet Autopias : Autonomisation dans un quartier défavorisé de Quito Bourse AVI International 2013

Un projet mené par Alexandre Vannier-Moreau.

Autopias est un projet émanant de l’association Iatus et porté exclusivement par des bénévoles. Il a pour but de contribuer à l’autonomie des populations défavorisées en proposant des actions participatives, écologiques, peu coûteuses et adaptées aux problématiques locales.

Un groupe de quatre amis s’est constitué sous l’impulsion d’Alexandre : un architecte, une psychologue, un gestionnaire et un bricoleur auxquels ont prêté renforts des amis aux compétences complémentaires de manière ponctuelle. Ainsi, Autopias intervient dans les domaines de la nutrition, de l’architecture, de la psychologie et de l’économie sociale.

Durant les mois d’avril à juillet 2013, notre équipe dédie son énergie, son temps et sa matière grise aux 300 enfants (3 à 11 ans) des écoles Primavera et Honrar La Vida, situées dans le quartier défavorisé de Jaime Roldos au nord de Quito. En effet, suite au constat de dépendance économique auprès d’une institution étrangère et d’une réduction des soutiens due à la crise financière en Europe, il devenait nécessaire de réagir en proposant un modèle plus autonome.

Voici un récapitulatif de nos actions, classé en quatre familles : la nutrition, l’architecture, la psychologie et l’économie sociale.

Projets accomplis

Nutrition

La spiruline :En raison de la difficulté des parents à apporter des repas complets trois fois par jour aux enfants des écoles et des problèmes de concentration dans la matinée remarqués par les institutrices, nous avons obtenu un partenariat avec une ferme locale de spiruline, algue déjà utilisée par les aztèques, riche en protéines et en fer. Afin de rendre cet apport nutritif agréable pour les enfants, nous leur avons concocté un jus chocolaté à la banane et à la spiruline, peu coûteux et facilement reproductible pour les cuisinières de l’école. Aujourd’hui encore, l’école Honrar La Vida distribue un jus deux fois par semaine. Le potager de l’école PRIMAVERA : Un potager a été préparé par nos soins : retournement de la terre et apport en humus grâce aux déjections des animaux voisins. L’école s’est chargée d’y planter les graines des plantes désirées en faisant des ateliers avec les élèves.

Architecture et aménagement du territoire

La réhabilitation de la Quebrada :Le quartier possède une « quebrada », c’est-à-dire une faille topographique où s’écoulent les eaux pluviales. Elle est située à quelques centaines de mètres des écoles et considérée par la plupart des habitants comme une déchèterie. Sous notre impulsion, s’est constitué un groupe croyant en la possibilité d’en faire un lieu de vie et un parc public. Avec lui, nous avons entrepris de réaliser une phase pilote de ce grand projet lors d’une « minga » (cession de travail collectif) ayant réuni près de 60 riverains : 220 arbres ont été plantés et 80 mètres carrés de potager sont prêts à être utilisés par les enfants des écoles Honrar La Vida et Primavera. A long terme, l’objectif est de régénérer ce patrimoine naturel et de le rendre accessible aux habitants : faire d’une déchèterie dangereuse un parc pour tous ! Pour cela nous avons rassemblé les acteurs clés (municipalité, riverains, responsables locaux, université d’architecture de Quito et politiciens) et le dossier est aujourd’hui du domaine de la politique locale. Enduit terre :En réponse à une demande exprimée par le centre culturel « Loyola » tenu par la mère d’une élève de l’école Primavera, une « minga » a été organisée par notre équipe d’architectes (Alexandre et Marine) avec les habitants du quartier afin de refaire la façade d’entrée du centre culturel grâce à des enduits en terre. Afin de favoriser des répliques dans le quartier, un guide a été réalisé: « El Manual del enlucido natural con la tierra de su jardin » (Manuel d’enduit naturel, avec la terre de son jardin). Des exemplaires à l’espace culturel sont en libre accès au centre.

Psychologie

La présence d’un psychologue à l’école Primavera a permis à Maud de mieux cibler les besoins, afin de travailler sur les problématiques de confiance en soi et d’estime de soi, de maltraitance, de violence familiale, et d’isolement avec les enfants, et sur les liens de solidarité au sein du quartier et la construction de solutions face aux problèmes du quotidien avec les mamans des élèves. Un accord a été établi avec l’Université Centrale d’Équateur des étudiants en psychologie dans chacune des écoles. Cette action permet de pérenniser le renforcement du soutien psychologique à Primavera et de l’initier à Honrar la Vida. Suivi psychologique des enfants :Maud a suivi une dizaine d’enfants en entretien individuel en travaillant sur des problématiques spécifiques (violence, inceste, solitude, problématiques identitaires) et aide les enfants à renforcer leur confiance en soi, l’auto-estime et l’affirmation de soi. Autonomie des mères : Chaque soir, Maud et Patricia, la psychologue de l’école, ont reçu des groupes de mères (entre 5 et 10) afin de travailler sur l’autonomie. Durant ces groupes de thérapie communautaire, les psys sollicitaient la créativité du groupe afin qu’elles travaillent collectivement sur des problématiques vécues isolément (machisme, sentiment de dépendance au mari, enfermement dans des cercles de violence, etc.). La voie des contes : A partir de lectures puis de jeux de rôles, la médiation a permis au groupe d’extérioriser des émotions tout en levant des inhibitions. Ce travail permet au groupe de symboliser des vécus autrement trop difficiles à aborder. Dans un climat social où dominent l’individualisme, la solitude et la méfiance les uns envers les autres, ce groupe a été apprécié des participants qui ont ainsi eu l’opportunité de partager des temps forts émotionnellement et de travailler sur leur vécu tout en restant « protégés » par les personnages du conte, qui à la fois leur évitent de se mettre à nu tout en offrant un prétexte pour parler de soi. Sensibilisation à la sexualité : Une intervention « sensibilisation à la sexualité » a eu lieu sur deux jours, auprès de deux classes, dans l’école Primavera. A travers des jeux, activités ludiques et débats, nous avons pu aborder les questions sensibles relatives à l’image du corps, le respect de l’espace vital de chacun, les relations de couple, l’intimité. Un temps de « prévention aux agressions sexuelles » a aussi été intégré dans l’atelier.

Economie Sociale

Club de troc : En partenariat avec le CDC (centre culturel de quartier) et La Trueca (association de troc basée à Quito), Baptiste a aidé à mettre en place un système d’échange de type « troc de biens, de services et de savoirs » dans le quartier de la Roldos. Deux femmes se sont engagées à faire vivre l’association en programmant et animant des réunions mensuelles. Un panneau d’annonces a été fixé sur un mur du centre culturel, et La Trueca servira d’interlocuteur direct si besoin. Un jour après la pose du panneau, une dizaine d’annonces étaient déjà affichées ! Échange de mobilier, de cours d’anglais, d’informatique, de danse, etc. Aujourd’hui, le club suit son cours au sein du centre culturel. La coopérative de catering : En vue de l’impossibilité de développer des bassins de spiruline en Équateur, nous avons soulevé d’autres besoins inhérents à la population locale : les mamans des élèves font face au manque de travail dans ce quartier défavorisé et à la dépendance économique de leur mari. Cependant, elles doivent s’occuper de leurs enfants et ne peuvent s’absenter comme elle le souhaite durant la journée. Ainsi, l’idée de la coopérative a repris vie en souhaitant proposer un système sans risques financiers, flexible au niveau des horaires, basé sur l’entraide et la solidarité, et complémentaires en termes de revenus. Après avoir soulevé les envies et les possibilités de création de projet dans le quartier, nous avons obtenu le support de l’organisme local Cepesiu, expérimenté dans le montage de coopérative en Amérique du Sud, capable d´apporter son soutien technique sur le plan juridique (création d´entreprise, avocat, notaire) et entrepreneurial par le biais de formation (comptabilité, gestion, logistique). Un plan d´action « musclé » a été mis en place afin de réussir à lancer la coopérative et un premier test de vente directe de repas a été expérimenté lors de la minga québrada afin de financer la coopérative : le Céviche fut un véritable délice ! Depuis, Cepesiu a pris le relais pour la mise en place de la coopérative de catering, mais les membres ont encore du mal à s’investir régulièrement dans cette activité.

 

La suite d’Autopias :

Forte de cette belle expérience, l’équipe s’est renforcée, a créé son association en décembre 2013 et souhaite travailler sur la mise en place de nouveaux projets. Pour s’assurer un autofinancement, Autopias est en train de développer des solutions liées à l’entreprenariat social : bâtir un café culturel et solidaire dont les bénéfices seront utilisés pour financer des missions.

 

Salon des séjours linguistiques le 22 mars prochain

22 mars 2014 : une journée pour organiser un séjour linguistique et éducatif en toute sécurité

sal_sej_ling_logoDécouvrez en une journée les formules de séjours linguistiques et éducatifs de façon vivante, conviviale et gratuite : immersion en famille, écoles de langues, voyages scolaires éducatifs, séjours au pair, cours+activités, jobs et stages… Avec une trentaine d’exposants, le Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires vous propose d’organiser les séjours à venir pour vos enfants, vous-même ou votre classe/ Des conférences thématiques auront lieu en continu.

Rendez-vous samedi 22 mars 2014 au Lycée Henri IV de Paris 5, de 10h00 à 18h00 – Entrée libre et gratuite.

Le seul rendez-vous des spécialistes agréés des séjours linguistiques et éducatifs

Placé sous les hauts patronages du Ministre de l’Education Nationale, du Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, et de la Commission européenne, le Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires s’adresse aux parents, étudiants, lycéens, collégiens et enfants souhaitant organiser un séjour linguistique à l’étranger, et aux enseignants souhaitant organiser un voyage scolaire pour leur classe.

Notre objectif :
▪ Aider les enseignants, les jeunes et leurs parents à trouver aisément et rapidement que possible des réponses sérieuses et parfaitement fiables aux questions qu’ils se posent dans l’organisation de leur séjour éducatif et linguistique.
▪ Rassembler en un même lieu les organisateurs de séjours agréés et contrôlés par L’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques.

Gagnez 800€ pour votre voyage pédagogique ou votre séjour à l’étranger

Pour participer au Grand tirage au sort et tenter de gagner un bon de 800 € à valoir s

ur un séjour linguistique ou éducatif, imprimez le bon de participation ci-dessous et venez le déposer samedi 22 mars 2014 pendant le salon sur le stand n°37 de notre partenaire AVI International.

avinew+baselinefr

En savoir plus sur www.salon-office.com

Nouvelle destination Working Holiday en 2014 : le Brésil

  • Conséquence directe de la visite officielle de François Hollande au Brésil, un accord bilatéral de Permis Vacances Travail (PVT) entre la France et le Brésil a été signé en décembre 2013, à effet dès janvier 2014. 
  • Après l’Argentine, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, la Corée du Sud, le Japon, Hong Kong, Taïwan et Singapore, le Brésil sera donc accessible aux PVTistes dès janvier 2014.

WH2Le Programme Vacances Travail (PVT) ou Working Holiday Visa est le fruit d’accords bilatéraux permettant aux personnes de moins de 35 ans de résider dans un pays étranger entre 6 et 12 mois pour à la fois partir en vacances et aller travailler.

Le Visa Vacances et Travail ou Programme de Travail-Vacances (PVT) a pour objectif d’encourager la mobilité des jeunes dans le monde entier, avec la possibilité de chercher un travail temporaire pour payer le séjour. L’Australie, le Canada ou la Nouvelle-Zélande sont les destinations les plus demandées pour qui s’embarque dans cette aventure.PVT2

Quelles sont les conditions spécifiques au PVT au Brésil ?

  • on ne peut bénéficier d’un PVT Brésil qu’une seule fois.
  • avoir entre 18 et 30 ans (révolus, donc jusqu’à quelques semaines/mois avant vos 31 ans) à la date de dépôt de la demande de visa séjourner au Brésil principalement à des fins touristiques, tout en ayant la possibilité de compléter vos moyens financiers en travaillant
  • ne pas être accompagné de personnes à charge
  • posséder un passeport valide pour toute la durée du séjour
  • posséder un billet d’avion retour ou disposer des ressources suffisantes pour en acheter un
  • avoir les ressources financières suffisantes au début du séjour (on ne connait pas encore la somme demandée)
  • présenter un certificat médical prouvant que vous êtes en bonne santé
    voir un casier judiciaire vierge
  • contracter une assurance médicale couvrant la période du séjour est une autre des exigences-clés.

C’est pour cela qu’il est très important de connaître tous les détails des exigences et caractéristiques cessaires pour chaque pays, et pour organiser la possibilité de vivre une expérience si intéressante de la meilleure façon possible. Pour l’avenir, il s’agit d’une des options les plus évoquées : « Je crois qu’il s’agit d’un produit qui marchera très bien pendant les prochaines années, beaucoup d’espagnols partent à l’étranger à la recherche d’un travail, son prix est économique et les conditions sont très bonnes », finalise la chargée de clientèle d´AVI International.

En savoir plus sur l’accord bilatéral récemment signé sur le site du ministère des Relations extérieures du Brésil

Feu vert pour Erasmus+: plus de 4 millions de personnes recevront des bourses de l’UE pour améliorer leurs compétences et leur employabilité

Fort de son succès auprès des étudiants de l’Union Européenne, Erasmus nouvelle formule est lancé.

FL79758.TIF

Erasmus +, le nouveau programme de l’UE pour l’éducation, laformation, la jeunesse et le sport, qui devrait débuter en janvier prochain, a été approuvé il y a quelques jours par le Parlement européen.

Destiné à améliorer les compétences et l’employabilité, ainsi qu’à soutenir la modernisation des systèmes d’éducation, de formation et de jeunesse, ce programme, étalé sur sept ans, sera doté d’un budget de 14,7 milliards d’euros1, ce qui représente une augmentation de 40 % par rapport aux programmes actuels.

Plus de quatre millions de personnes bénéficieront d’une aide pour aller étudier, suivre une formation, travailler ou faire du bénévolat à l’étranger, dont deux millions d’étudiants de l’enseignement supérieur, 650 000 étudiants en formation professionnelle ou en apprentissage et plus de 500 000 jeunes désireux de participer à des échanges ou de faire du bénévolat à l’étranger. 

D1000001 barcelone

Les étudiants envisageant d’effectuer un master complet à l’étranger, qui peuvent rarement prétendre à des bourses ou à des prêts nationaux, bénéficieront d’un nouveau mécanisme de caution de prêts géré par le Fonds européen d’investissement.

Erasmus+ accordera également un appui financier aux enseignants, aux formateurs et aux animateurs de jeunesse, ainsi qu’aux partenariats entre universités, établissements d’enseignement supérieur, écoles, entreprises et organisations à but non lucratif.

Pour profiter pleinement de l’opportunité (souvent) unique d’un échange Erasmus, il est important de partir bien assuré, quelle que soit la destination. La proximité du pays où l’on part étudier ne dispense pas de souscrire une assurance voyage. Pouvoir faire appel à une assistance à tout moment s’avérera essentiel en cas de problème de santé (hospitalisation, rapatriement), y-compris pour une opération aussi simple qu’une appendicite et évitera une avance d’argent parfois compliquée.

 

À l’heure de préparer son échange Erasmus , il est crucial de se renseigner sur les tarifs pratiqués dans le paplaneteetudesys de séjour pour une consultation chez un généraliste, un spécialiste ou en cas d’hospitalisation, et bien sûr de vérifier les plafonds des garanties de l’assurance voyage ainsi que les franchises éventuelles.

Précision qui a son importance : le contrat d’assurance Planète Études d’AVI International va également assurer l’étudiant en dehors du pays où il va étudier. Il lui sera possible également de prolonger son contrat d’un mois si son séjour à l’étranger dure plus longtemps que prévu.

En savoir plus sur le nouveau programme européen d’échanges Erasmus+ :http://europa.eu/

 

Le visa Working Holiday, une option en plein essor pour travailler à l’étranger

  • Étant donné la situation de crise économique que beaucoup de pays connaissent, de plus en plus de jeunes choisissent cette option.
  • L’éducation, le travail et le sport sont les activités les plus recherchées par ces voyageurs temporaires.

WH2Un des mots que nous avons incorporé à notre vocabulaire en tant que conséquence de la crise est «expatrié». Des dizaines de milliers de citoyens français ont traversé les frontières à la recherche d’un meilleur futur, dans les pays voisins, en traversant l’Atlantique ou même dans le marché asiatique.

Dans ce sens, une des formules qui est en train d’acquérir plus de force chez qui veut partir travailler à l’étranger est le Programme Vacances Travail (PVT) ou Working Holiday Visa, qui permet aux personnes ayant moins de 35 ans de résider dans un pays étranger entre 6 et 12 mois pour à la fois partir en vacances et aller travailler.

Le Visa Vacances et Travail (VVT) ou Programme de Travail-Vacances est le fruit d’accords bilatéraux ayant l’objectif d’encourager la mobilité des jeunes dans le monde entier, avec la possibilité de chercher un travail temporaire pour payer le séjour. L’Australie, le Canada ou la Nouvelle-Zélande sont les destinations les plus demandées pour qui s’embarque dans cette aventure.PVT2

Travail en vacances ou en été

Il existe deux éléments dans le Programme Vacances Travail. D’une part, la possibilité d’effectuer un Travail en Été pour étudiants, destiné à de jeunes étudiants qui profitent de leurs vacances pour travailler dans un autre pays pendant une période de 3 mois maximum. Dans ce cas, il est indispensable que ceux-ci soient inscrits au sein d’une institution d’éducation post-secondaire ou d’un centre de formation. Et porteurs d’une assurance voyage adaptée.

D’autre part, la catégorie Travail et Vacances PVT, est conçue pour des voyageurs qui désirent faire du tourisme, connaître une culture et travailler en même temps, et pour une durée de 12 mois maximum. Cette formule s’étend de plus en plus parmi les jeunes, puisqu’il s’agit d’une bonne solution au chômage toujours présent dans plusieurs pays européens, avec en plus la possibilité d’apprendre une langue étrangère.Nouvelle image

Beatriz Valiente, chargée de clientèle chez AVI International, souligne «l’importante croissance d’appels et de contacts que nous avons reçus en ce qui concerne l’assurance Working Holiday en comparaison avec l’année 2012, surtout les couvertures générales de l’assurance». D’autres questions qui intéressent spécialement les candidats pour ce visa est «la possibilité d’intégrer le sport et les loisirs et le travail manuel en option dans l’assurance, et la possibilité de visiter les pays limitrophes, mais pour un maximum de deux semaines».

Et quelles sont les destinations choisies ? Il existe des dizaines de pays où le candidat d’un Working Holiday visa peut voyager. Pour les citoyens français, il y a un large éventail d’accords signés: le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon, Singapour, Taïwan, la Corée du Sud, Hong Kong et l’Argentine. «La plupart des assurés français partent en Australie, en deuxième lieu en Nouvelle-Zélande et en troisième lieu au Canada. Peu osent voyager et travailler dans d’autres pays comme l’Argentine, la Corée du Sud, le Japon ou Singapour. Dans le cas des espagnols, 100 % d’entre eux sont partis au Canada lors de leur Working Holiday», signale Beatriz Valiente.

5 conseils pour le Working Holiday Visa kangoo

À l’heure de se lancer et expérimenter la formule Travail en Vacances, il existe des limitations en ce qui concerne les exigences demandées pour accéder à cette formule; dans la plupart des cas, assez restrictives :

  • Il est indispensable d’avoir entre 18 et 35 ans inclus.
  • Pour plusieurs destinations, il est nécessaire de disposer d’une grande somme d’argent pour pouvoir couvrir les besoins qui surgissent dès le début du séjour.
  • Le besoin de contracter une assurance médicale couvrant la période du séjour est une autre des exigences-clés. À l’heure de le contracter, Beatriz Valiente ajoute la condition d’« avoir obligatoirement le visa Working Holiday accepté ».
  • Il est important de savoir qu’il existe des limitations à l’heure de faire des études et de travailler : dans le cas de la Nouvelle-Zélande et du Canada, le Working Holiday Visa ne permet de travailler respectivement pendant 6 mois, et jusqu’à 1 an. Dans le cas de l’Australie, un certain niveau d’anglais certifié est exigé. De plus, les possibilités de se rendre dans un pays ou dans un autre dépendent du pays d’origine.
  • Analyser le pays de destination et ses indices économiques et de chômage afin de voyager dans un pays qui permette les meilleures chances de travail.grande-barriere-corail.jpg

C’est pour cela qu’il est très important de connaître tous les détails des exigences et caractéristiques cessaires pour chaque pays, et pour organiser la possibilité de vivre une expérience si intéressante de la meilleure façon possible. Pour l’avenir, il s’agit d’une des options les plus évoquées : « Je crois qu’il s’agit d’un produit qui marchera très bien pendant les prochaines années, beaucoup d’espagnols partent à l’étranger à la recherche d’un travail, son prix est économique et les conditions sont très bonnes », finalise la chargée de clientèle d´AVI International.

Venez rencontrer les représentants de l »université de Melbourne, université australienne de prestige

Les représentants de la meilleure université australienne accueilleront étudiants, parents, conseillers d’orientation, pour une session d’information unique.

Deux réunions sont prévues :

  • Paris le jeudi 24 octobre, à partir de 18h30 à l’Ambassade d’Australie à Paris (4 rue Jean Rey, 75015 Paris), l’université de Melbourne.
  • Londres le samedi 26 octobre, de 15h à 17h, Bloomsbury House, 2-3 Bloomsbury Square, London WC1A 2RL, Tube: Holborn

Des professeurs de Melbourne, l’Ambassadeur australien à Paris et d’autres représentants de cette université de prestige, seront à votre disposition pour répondre à vos questions concernant candidatures, programmes, visas, vie de campus, etc.

Vous souhaitez participer à cet évènement ? Obtenez votre invitation gratuite en cliquant ici

Pour en savoir plus, visitez le site de l’Université de Melbourne.

kangoo

En passant

10 précieux chapitres sur l’apprentissage de l’interculturalité

interculturesGlobal Dexterity est un livre sur le décodage culturel. L’auteur Andy Molinsky fournit un grand nombre d’anecdotes autour du comportement, approprié, compréhensible et (in)acceptable dans différents contextes culturels. Le Professeur Molinsky a élaboré un cadre simple mais efficace de décodage culturel. L’approche comprend les six aspects suivants: FranchiseEnthousiasmePolitesse, Affirmation de soi, Mise en avant, Dévoilement personnel)

Voir plus de détails sur ces dimensions sur services.intead.com

Image : forconstructionpros.com