Le visa Working Holiday, une option en plein essor pour travailler à l’étranger

  • Étant donné la situation de crise économique que beaucoup de pays connaissent, de plus en plus de jeunes choisissent cette option.
  • L’éducation, le travail et le sport sont les activités les plus recherchées par ces voyageurs temporaires.

WH2Un des mots que nous avons incorporé à notre vocabulaire en tant que conséquence de la crise est «expatrié». Des dizaines de milliers de citoyens français ont traversé les frontières à la recherche d’un meilleur futur, dans les pays voisins, en traversant l’Atlantique ou même dans le marché asiatique.

Dans ce sens, une des formules qui est en train d’acquérir plus de force chez qui veut partir travailler à l’étranger est le Programme Vacances Travail (PVT) ou Working Holiday Visa, qui permet aux personnes ayant moins de 35 ans de résider dans un pays étranger entre 6 et 12 mois pour à la fois partir en vacances et aller travailler.

Le Visa Vacances et Travail (VVT) ou Programme de Travail-Vacances est le fruit d’accords bilatéraux ayant l’objectif d’encourager la mobilité des jeunes dans le monde entier, avec la possibilité de chercher un travail temporaire pour payer le séjour. L’Australie, le Canada ou la Nouvelle-Zélande sont les destinations les plus demandées pour qui s’embarque dans cette aventure.PVT2

Travail en vacances ou en été

Il existe deux éléments dans le Programme Vacances Travail. D’une part, la possibilité d’effectuer un Travail en Été pour étudiants, destiné à de jeunes étudiants qui profitent de leurs vacances pour travailler dans un autre pays pendant une période de 3 mois maximum. Dans ce cas, il est indispensable que ceux-ci soient inscrits au sein d’une institution d’éducation post-secondaire ou d’un centre de formation. Et porteurs d’une assurance voyage adaptée.

D’autre part, la catégorie Travail et Vacances PVT, est conçue pour des voyageurs qui désirent faire du tourisme, connaître une culture et travailler en même temps, et pour une durée de 12 mois maximum. Cette formule s’étend de plus en plus parmi les jeunes, puisqu’il s’agit d’une bonne solution au chômage toujours présent dans plusieurs pays européens, avec en plus la possibilité d’apprendre une langue étrangère.Nouvelle image

Beatriz Valiente, chargée de clientèle chez AVI International, souligne «l’importante croissance d’appels et de contacts que nous avons reçus en ce qui concerne l’assurance Working Holiday en comparaison avec l’année 2012, surtout les couvertures générales de l’assurance». D’autres questions qui intéressent spécialement les candidats pour ce visa est «la possibilité d’intégrer le sport et les loisirs et le travail manuel en option dans l’assurance, et la possibilité de visiter les pays limitrophes, mais pour un maximum de deux semaines».

Et quelles sont les destinations choisies ? Il existe des dizaines de pays où le candidat d’un Working Holiday visa peut voyager. Pour les citoyens français, il y a un large éventail d’accords signés: le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon, Singapour, Taïwan, la Corée du Sud, Hong Kong et l’Argentine. «La plupart des assurés français partent en Australie, en deuxième lieu en Nouvelle-Zélande et en troisième lieu au Canada. Peu osent voyager et travailler dans d’autres pays comme l’Argentine, la Corée du Sud, le Japon ou Singapour. Dans le cas des espagnols, 100 % d’entre eux sont partis au Canada lors de leur Working Holiday», signale Beatriz Valiente.

5 conseils pour le Working Holiday Visa kangoo

À l’heure de se lancer et expérimenter la formule Travail en Vacances, il existe des limitations en ce qui concerne les exigences demandées pour accéder à cette formule; dans la plupart des cas, assez restrictives :

  • Il est indispensable d’avoir entre 18 et 35 ans inclus.
  • Pour plusieurs destinations, il est nécessaire de disposer d’une grande somme d’argent pour pouvoir couvrir les besoins qui surgissent dès le début du séjour.
  • Le besoin de contracter une assurance médicale couvrant la période du séjour est une autre des exigences-clés. À l’heure de le contracter, Beatriz Valiente ajoute la condition d’« avoir obligatoirement le visa Working Holiday accepté ».
  • Il est important de savoir qu’il existe des limitations à l’heure de faire des études et de travailler : dans le cas de la Nouvelle-Zélande et du Canada, le Working Holiday Visa ne permet de travailler respectivement pendant 6 mois, et jusqu’à 1 an. Dans le cas de l’Australie, un certain niveau d’anglais certifié est exigé. De plus, les possibilités de se rendre dans un pays ou dans un autre dépendent du pays d’origine.
  • Analyser le pays de destination et ses indices économiques et de chômage afin de voyager dans un pays qui permette les meilleures chances de travail.grande-barriere-corail.jpg

C’est pour cela qu’il est très important de connaître tous les détails des exigences et caractéristiques cessaires pour chaque pays, et pour organiser la possibilité de vivre une expérience si intéressante de la meilleure façon possible. Pour l’avenir, il s’agit d’une des options les plus évoquées : « Je crois qu’il s’agit d’un produit qui marchera très bien pendant les prochaines années, beaucoup d’espagnols partent à l’étranger à la recherche d’un travail, son prix est économique et les conditions sont très bonnes », finalise la chargée de clientèle d´AVI International.

Top départ pour les PVT Canada 2014 dans quelques jours

L’ambassade du Canada vient de diffuser l’information sur son site : les demandes de PVT Canada 2014 ne se feront plus par cCanada Flagourrier mais uniquement en ligne, ce sera également le cas des permis Jeunes Professionnels et les Stages.

La demande de visa se fera en 2 étapes :
1. Évaluation et vérification des critères EIC Expérience Internationale Canada via le compte Kompass que vous devrez créer.
Si votre demande est acceptée, vous recevrez une lettre d’acceptation conditionnelle d’EIC vous permettant d’accéder à l’étape suivante.
2. L’évaluation par Citoyenneté et Immigration Canada via votre compte MonCIC à créer également.
Si votre demande est acceptée par la commission CIC, vous recevrez une lettre d’introduction via votre compte MonCIC.

À noter : pour créer votre compte Kompass ou votre compte MonCIC, il vous faudra attendre l’ouverture de l’initiative EIC 2014 avec la France début novembre.

Vous pourrez créer une alerte sur le site de l’Ambassade du Canada afin d’être avertis de l’ouverture des PVT Canada 2014 jusqu’à 12 heures après l’annonce officielle faite sur Twitter ici : 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’Ambassade du Canada,  suivez l’Ambassade du Canada sur Twitter (@AmbCanFrance) et le mot dièse #EICFrance…

Et pensez à vous assurer avant le départ avec le contrat Working Holiday PVT d’AVI International.

Etudier au Canada: obtenir le Permis d’études

Par Caroline Ducrot

avinew+baselinefr

Canada Flag

Partir étudier au Canada est votre rêve ? Vous avez toujours souhaité rentrer dans l’une de ces universités de renommée mondiale au sein de l’environnement dynamique et multiculturel canadien ? Vous avez aussi peut-être envisagé d’y travailler après l’obtention de votre diplôme ? Pour cela, il vous faut obtenir un Visa Etudiant dont le nom officiel au Canada est Permis d’études.

Quelles sont les démarches ?

Avant tout, sachez que :

  • Vous n’avez pas besoin du permis d’études canadien si vous étudiez moins de 6 mois au Canada. Un visa de visiteur suffit aux étudiants qui restent au Canada pour 6 mois maximum. 
  • En tant que citoyen français, un visa temporaire de résidence en plus du permis d’études ne vous sera pas nécessaire.
  • En tant que citoyen français, vous n’avez pas besoin de fournir vos données biométriques (empreintes digitales et photographie) que ce soit pour un visa de visiteur ou pour le permis d’études.  

 

Alerte – Mouvement de grève

Les membres responsables du traitement des demandes de visa dans les bureaux des visas au Canada et à l’étranger sont en grève. Faites donc votre demande le plus tôt possible, en ligne pour s’assurer qu’elle sera traitée plus rapidement. Un plan d’urgence a été mis en place, donc des bureaux restent ouverts pour offrir un minimum de services.  

Les formalités pour obtenir le Permis d’Etudes/Visa Etudiant Canadien

La demande du Permis d’Etudes ne peut prendre effet qu’une fois votre admission prouvée au sein d’une université (ou autre institution d’enseignement canadienne).

Avant toute démarche, il est préférable de se renseigner sur les formalités en temps réel sur le site de l’ambassade ici.

Quelles sont les conditions d’admissibilité ? 

  • Avoir été accepté par une université canadienne (ou autre établissement d’enseignement, école, collège…);
  • Détenir suffisamment d’argent (le prouver par les relevés bancaires, reçus ou certificats) en vue de payer les frais de scolarité, de subvenir à vos besoins (et à tout membre de votre famille vous accompagnant), ainsi que de payer votre retour dans votre pays d’origine (ainsi qu’à tout membre de votre famille vous accompagnant);
  • Ne pas présenter de risque pour la sécurité du Canada : avoir un casier judiciaire vierge (il peut vous être demandé de fournir un certificat de police)
  • Fournir tous les documents demandés par l’agent des visas pour étudier votre demande;
  • Subir un examen médical;
  • Prouver son intention de quitter le Canada au terme du séjour prévu;
  • Payer les droits exigibles 

ATTENTION : Si vous souhaitez étudier au Québec il vous faut non seulement le visa étudiant mais avant cela il est impératif d’acquérir un certificat d’acceptation du Québec (CAQ).

Où et comment l’obtenir ?

La demande du formulaire d’inscription peut se faire par internet, ou auprès de l’ambassade canadienne à Paris.

La demande de visa étudiant doit être déposée en personne ou être envoyée par lettre recommandée à l’Ambassade du Canada à Paris (ATTENTION l’adresse a changé depuis le 03 Mai 2013, voir l’info en fin d’article dans « horaires et accès »). Vous pouvez être amené à passer un entretien.

Quels documents doit-on fournir ?

Le dossier de demande devra notamment regrouper :

  • Une photocopie des six premières pages du passeport
  • Deux photos d’identité
  • L’original ou la copie certifiée de la lettre d’acceptation de l’université ou de l’école
  • La preuve de moyens financiers suffisants (environ 6000 euros)
  • Les frais de dossier

La liste COMPLETE des documents à fournir se trouve ici : http://www.cic.gc.ca/francais/pdf/trousses/form/IMM5483F.pdf

Quel est le délai d’obtention ?

Il faut compter en moyenne deux semaines pour recevoir une réponse (positive ou négative) de l’ambassade. Le délai peut atteindre 5 semaines (les demandes sont nombreuses à traiter), il est ainsi recommandé de faire la demande de visa une fois la preuve d’admission à l’université en main.

Quel est le coût d’un visa étudiant au Canada ?

Aux alentours de 85 €. Mais le tarif peut changer. Il faut donc toujours consulter le site de l’Ambassade du Canada au moment de déposer votre demande de visa afin de voir les tarifs actualisés.

Présentez votre demande

canada2Voici le lien pour soumettre votre demande de permis d’étudiant.

Par ailleurs, si vous souhaitez avoir un emploi partiel cumulé à vos études au Canada, sachez qu’il existe des postes proposés aux étudiants internationaux. 

 

Horaires et Accès :

Le CANADA VISA APPLICATION CENTER de Paris est accessible au :

82 rue d’Hauteville

75010 Paris

Jours d’ouverture : Lundi au Vendredi (excepté jours fériés)

Dépôt de demande: 09:00 heures- 16:00 heures

Récupération des passeports: 14:30 heures – 16:30 heures

Transport public :

Station « Gare du Nord» : Métro 4, 5 ou RER B

Station « Gare de l’Est» : Métro 4, 5 ou 7

Station « Poissonnière» : Métro 7

Bus 42: Place Franz Liszt Bus 32: Hauteville/Chabrol and Bus 48: Poissonnière

Sources :

etudionsaletranger.fr ; .canadainternational.gc.ca ; cursusmundus.com ; educationau-incanada.ca ; canada-english.com ; kaplaninternational.com

En passant

L’utilité de l’Assurance Voyage : la sécurité avant tout

Par Caroline Ducrot avinew+baselinefr Pour éviter qu’un séjour de rêve ne se transforme en cauchemar, l’Assurance Voyage AVI International vous propose des garanties pour différentes situations. Selon vos besoins, les frais médicaux, une hospitalisation, l’invalidité ou le décès suite à un accident, les frais de rapatriement, la responsabilité civile, les frais d’avocat, avance de caution à l’étranger, la perte ou vol des bagages…vous êtes sûrs de pouvoir vous reposer sur votre assurance. plage Une étude canadienne sur l’usage de l’assurance voyage D’après une étude annuelle réalisée par BMO Assurance sur le peuple canadien, 1/4 aurait déjà eu besoin d’une assistance médicale en voyage à l’étranger. Sur les 83% des Canadiens qui prévoyaient de prendre des vacances durant cet été, 24%, soit le quart ont déjà eu besoin d’assistance médicale, pour eux ou pour un compagnon de voyage. Cependant, les soins médicaux extrêmement coûteux ne semblent pas décourager 42% des répondants qui pensent pouvoir couvrir de leurs propres moyens tous leurs frais médicaux s’ils rencontraient un problème à l’étranger, sans être assurés. Une situation qui paraît encore plus périlleuse au vu d’une opération aux USA qui peut dépasser les 10 000 €, par exemple. 31% des Canadiens ne souscriraient que parfois ou bien jamais de protection médicale pour leurs voyages à l’étranger. Les motifs avancés en sont qu’ils pensent être déjà couverts (soit par un régime de soins de santé, soit par la carte de crédit); le coût élevé des primes ou encore parce qu’ils jugent peu probable de se blesser et ainsi de nécessiter de soins médicaux. (Source : http://www.lelezard.com/communique-1977912.html) Mieux vaut être prévoyant car le hasard fait…mal les choses  Mais pourquoi être prévoyant ? « Que peut-il bien m’arriver alors que je fais très attention ? » On y est, tout est parfait, soleil, détente et farniente dans un cadre idyllique…Et voilà que lors d’une simple activité vous vous blessez et nécessitez alors une hospitalisation. L’avantage de l’assurance voyage est qu’elle prend entièrement en charge les soins médicaux qui peuvent se révéler très coûteux dans certains pays.enfants Si votre voyage doit être interrompu en cas d’accident, vos proches auront la possibilité de vous rendre visite (billets d’avion et hébergement pris en charge). Autre point, pour ce qui est le cas de 26 millions de pertes chaque année, les bagages. Vous êtes arrivés à bon port de votre destination mais surprise, vos bagages ont été égarés…Là encore, votre assurance vous dédommage. Être prévoyant, c’est aussi se renseigner sur les risques sanitaires éventuellement relevés dans le pays où vous vous rendez car il est rapide de contracter une maladie. Nous vous recommandons donc de souscrire une assurance adaptée à votre cas. Vous trouverez sûrement l’offre qui vous convient sur avi-international.com

Image

Etude de cas

B2B

–   32% des assurés sont âgés de 11 à 16 ans, suivis par les 18-25 et les 26-30 ans.

–   Les destinations favorites sont : Les USA (44%), la Grande Bretagne (16%) et le Canada (7%).

–   Durée moyenne du séjour : 3-4 semaines (60%), 1-2 semaines (34%).

–   Incidents les plus couverts : Frais médicaux et accidents (81%) bagages (14%), responsabilité civile (4%), autres (1%)

B2C

–   33% des assurés sont âgés de 11 à 16 ans, suivis par les 18-25 et les 26-30 ans.

–   Les destinations favorites sont : Les USA (44%), la Grande Bretagne (16%) et le Canada (7%).