Bateau stop : essayez la bourse aux équipiers vogavecmoi !

  • Le bateau stop ou « Boat hitch hiking » consiste à parcourir le monde en voilier sans disposer de son propre voilier.
  • La technique consiste à se faire embarquer en tant qu’équipier bénévole par les nombreux propriétaires de bateaux voyageant, seul ou en équipage réduit (souvent en couple) à travers le monde.

Bateau stop : essayez la bourse aux équipiers vogavecmoi!

Le plus mythique des trajets à la voile est la transat, c’est à dire à la traversée de l’océan Atlantique pour se rendre aux Antilles.

Une « transat » en voilier, est une expérience unique, puisqu’on part en automne d’Europe pour arriver entre 30 et 45 jours plus tard (suivant les escales) dans la mer des caraïbes à la belle saison. Des transatlantiques sont aussi proposées par des skippers professionnels qui ont la charge de convoyer le bateau de leurs clients aux Antilles pour faire du charter sur place.

Pour ces transats en voilier, les skippers pro proposent souvent une place ou deux à bord pour des équipiers bénévoles. Pour les bateaux stoppeurs, c’est l’occasion de traverser l’atlantique avec l’assurance d’un skipper compétent. En revanche, le skipper n’est pas en vacances, et la transat risque d’être faite sans escale ou aavinew+baselinefrvec des escales réduites à leur minimum pour avitailler le bateau. Touristiquement, embarquer pour un convoyage réalisé par un professionnel peut être pauvre…

Pour en savoir plus sur la pratique du bateau stop, par comparaison à celle de l’auto stop, rendez-vous sur le blog de notre partenaire vogavecmoi, et partez en tour du monde à la voile, toujours bien assuré par AVI International et les contrats Routard Assurance et Marco Polo. VM-Extension-Plages-de-sable-blanc-a-Playa-J3

L’Espagne, destination majeure des séjours d’automne

  • Le nombre de voyageurs ayant choisi l’Espagne comme destination pour leurs vacances entre septembre et octobre  augmente de 10%.
  • Pour les voyages d’automne, la tendance se confirme pour le tourisme urbain, dans un pays européen et des séjours d’une semaine en moyenne.

routar2012Après les vacances d’été, l’automne arrive chargé de nouveaux projets, de voyages et de destinations à découvrir. Le tourisme urbain, les maisons rurales, les escapades d’un weekend… Les mois d’octobre et de novembre offrent de nombreuses possibilités qui ont réussi à se placer entre le beau temps de l’été et les fêtes de Noël.

L’Europe, vue par le voyageur
Une fois la routine de l’automne installée, la plupart des voyageurs organisent leurs escapades pendant les ponts avant Noël. Le 1er novembre, jour férié de la Toussaint dans 14 pays de l’Union Européenne, est devenu un appel pour des milliers de voyageurs, spécialement cette année puisque ce jour férié tombe un vendredi. De plus, la célébration d’Halloween s’est répandue internationalement et il s’agit d’une des principales attractions que cherche le touriste européen à ces dates. Il existe même des voyages spécialement dédiés à cette fête anglo-saxonne.

Mais où voyagent les touristes à cette période de l’année ? Octobre, novembre et début décembre sont les mois par excellence que les voyageurs européens choisissent pour visiter les pays voisins. Ainsi le démontrent les données d’AVI International via les souscriptions au contrat Routard Assurance, qui ont vu accroître le nombre de destinations européennes. Nous pouvons ainsi élaborer le profil du voyageur en automne qui préfère un tourisme urbain, moins oisif qu’en été, lui permettant de visiter une ou plusieurs villes pendant une courte durée : 75% des séjours réservés durent moins d’une semaine.FL79578.TIF

L’Espagne, en tête des destinations en automne
Un touriste qui voyage en automne sur quatre choisit l’Espagne comme destination de vacances. Il s’agit d’une donnée révélatrice qui a fait augmenter de 18% à 28% la vente d’assurances vacances dans ce pays. Un des facteurs qui a permit une telle augmentation est la situation de conflit dans de nombreux pays du Moyen Orient et du Maghreb. D’après Florence Aubert, responsable des services à la clientèle chez AVI International: «À l’heure de choisir une destination, le soleil, la mer et les lieux d’intérêt sont importants; mais si des destinations considérées accessibles deviennent touchées par la crise politique, comme c’est le cas pour la Tunisie ou l’Égypte, l’Espagne gagne des points par rapport à d’autres pays».

D’autres raisons peuvent également être la crise économique et les dépenses lors de ces voyages. Zoubida Madaoui, responsable des ventes individuelles auprès des clients dans la compagnie d’assurance, souligne l’importance du niveau de vie de chaque pays en tant que stimulant à l’heure de voyager: «L’Espagne ou le Portugal sont plus accessibles que d’autres pays comme l’Italie, qui a toujours été considérée comme un pays cher en ce qui concerne le tourisme».

Après l’Espagne se situe le Portugal, qui a de même expérimenté une augmentation de 3% à 16% de 2012 à 2013 comme destination de vente d’assurances, suivi de la Grèce, qui maintient la tendance de 2012 avec 12 % d’assurances. Le pays qui a connu une baisse du nombre de touristes est l’Italie, qui a chuté de 34 % en 2012 à 8 % cette année.
Il y a aussi de nouvelles destinations où le tourisme a augmenté en 2013. C’est le cas des Pays-Bas, qui sont arrivés à 8 % alors même qu’ils ne figuraient pas dans les statistiques d’assurances souscrites en 2012.

Associées ces destinations, les voyageurs cherchent une série de conditions essentielles à l’heure de choisir une assurance, ainsi l’expliquent les responsables d’AVI International : «Les assurés cherchent par dessus tout une couverture pour le rapatriement médical en cas de problème et d’hospitalisation ou de graves problèmes de santé». C’est pourquoi les compagnies d’assurance voyage essayent d’adapter les services offerts au type de voyage. C’est le cas également lors les campagnes de promotions temporaires que le courtier met régulièrement en avant sur son site web.avinew+baselinefr

L’exotisme triomphe : la Thaïlande, une destination de vacances par excellence / Interview de Claudine Palomares, Directrice Générale adjointe d’AVI International

  • Les assurances voyage contractées pour séjourner en Thaïlande ont augmenté de 36% par rapport à 2012
  • Un voyageur sur cinq choisit un pays asiatique comme destination de vacances

thaibuddhathai3

Madrid. Le 16 Août 2013. Cancún, la Riviera Maya ou encore Punta Cana ont cessé d’être les destinations internationales prioritaires que les voyageurs choisissent pour profiter de leurs vacances, de leur lune de miel ou des voyages de fin d’études. De nos jours, une tendance se profile pour les destinations exotiques dans le but de se confronter à d’autres cultures, gastronomies, traditions et formes de vie, et pour cela, les pays asiatiques représentent la meilleure option. Selon les données de l’Assurance Voyage AVI International, cette année jusqu’à présent, un voyageur sur cinq a choisi un pays asiatique pour passer ses vacances, et parmi eux, 19,10% ont opté pour la Thaïlande.

Le pays du sourire

Depuis le début de l’année 2013, le nombre de voyageurs qui choisissent la Thaïlande a cru de 36% comparé à la même période en 2012, un chiffre qui reflète l’énorme intérêt qu’éveillent actuellement les pays asiatiques. L’attrait exotique de ces destinations, l’opportunité de connaître une forme de vie nouvelle et de s’enrichir d’une gastronomie et culture différentes sont sans doute ses meilleurs atouts.

thai54)

Selon le courtier d’Assurance Voyage spécialisé AVI International, 19% ont sélectionné l’Asie comme destination. Parmi eux, 4% ont déjà acheté une assurance pour voyager en Thaïlande, un chiffre qui continue d’augmenter. “Cette croissance est due à la valeur ajoutée qu’offre la Thaïlande aux touristes » explique Claudine Palomares, directrice générale adjointe de la compagnie : « C’est un pays à la richesse culturelle immense. Il offre une variété de sites religieux et naturels et c’est également une destination où il est très facile de voyager même avec des enfants, c’est sécurisé, avec un bon niveau sanitaire et tout est organisé pour les touristes ».

Le profil du voyageur

Les touristes qui optent pour la Thaïlande respectent des caractéristiques déterminées. “Trois quarts décident de rester deux semaines dans le pays”, poursuit Claudine Palomares, “ils commencent par une semaine de tourisme culturel à Bangkok et terminent par une semaine à la plage. Mais il est aussi important de noter que 25% de voyageurs qui souhaitent faire le tour du monde choisissent la Thaïlande comme première étape ».

De plus, la qualité de vie qu’offre le pays du sourire, facilite le voyage pour les touristes provenant de pays souffrant de crise économique : “Il n’est plus indispensable de se limiter aux grands hôtels avec les formules tout inclus, le pays est propre et facile à connaître, même avec un budget juste, il est possible d’effectuer le voyage”.

Et pour le futur ? Selon la directrice générale adjointe d’AVI International “la tendance poursuit son chemin vers une ouverture majeure au tourisme dans des pays comme la Corée du Nord, Myanmar, le Tibet… et le renforcement du tourisme vers d’autres pays de la zone. Il s’agit d’une région avec un fort potentiel de développement”.

Qu’est-ce qui est nécessaire pour voyager en Thaïlande ?

thai2

A l’heure de préparer un voyage pour profiter de la richesse culturelle de Bangkok, des impressionnants temples de Chiang Mai ou des spectaculaires scènes naturelles du Nord du pays, dans la frontière avec le Laos et Myanmar (ancienne Birmanie), il est nécessaire de savoir ces quelques recommandations claires :

  • La monnaie utilisée en Thaïlande est le Baht, qui équivaut actuellement à 0.02 euros. L’échange de devises est très simple à travers tout le pays, dans les différents bureaux correspondants ou à l’aéroport, où ils offrent normalement un taux de change plus économique.
  • thai4La gastronomie est très riche et variée. La preuve en est les milliers de stands de rue qui offrent divers aliments nutritifs et très économiques, principalement élaborés avec des pâtes et du riz. Le plat phare est le pad thaï: vermicelles de nouilles avec un œuf , légumes, gambas, poulet et crevettes sautés en wok, et assaisonnés avec de la sauce de  tamarin et de cacahuète.
  • En principe, il n’est pas nécessaire de se faire vacciner avant de voyager dans ce pays, à moins de s’enfoncer profondément au sein des forêts ou près de la frontière avec le Cambodge. Mais il est toujours recommandé de regarder la série de conseils du Ministère de la Santé.
  • En termes de prestations sanitaires, il est conseillé de souscrire une assurance médicale avant de réaliser ces voyages internationaux, qui garantit les couvertures contre n’importe quel imprévu pouvant troubler les vacances. Selon AVI International, 74% des usagers qui ont voyagé en Thaïlande, ont acheté une Assurance Routard, et le reste le Marco Polo. Les deux assurances offrent les prestations sanitaires adéquates pour profiter d’un voyage inoubliable au pays du sourire.

Interview de Claudine Palomares (Directrice Générale adjointe d’AVI International) réalisée par Marta Turiño (Chargée de Relations Publiques chez Internet Advantage, pour plus d’informations ou interviews : marta@internetadvantage.com, téléphone : +34 913 564 386)

Interview de Jean-Luc Guermont, Directeur Général d’AVI International

Jean-Luc Guermont, Directeur Général  d’AVI International parle de l’assurance  Marco Polo, spécialement conçue pour les voyages de type « tour du monde ».                                      

marcopolo

VOYAGE AUTOUR DU MONDE

Marta Turiño : De nos jours, de nombreux voyageurs souhaitent effectuer un tour du monde. Qu’offre AVI spécialement pour ce type de voyageurs ?

 JL Guermont : AVI est l’un des rares agents d’assurance à offrir une couverture de long-terme pour les individuels ou les familles. Nos clients peuvent voyager 12 mois et prolonger, renouveler pour une autre période de 12 mois, leur permettant ainsi de poursuivre leur voyage. Par ailleurs,  AVI a un tarif mensuel global couvrant tous les pays hors Union Européenne. Il n’est nul besoin pour notre assuré de comprendre si la prime qu’il a payé lui permet de voyager d’un pays à l’autre.

AVI offre également une souscription en 5 langues et des informations sur la couverture en 13 langues.

 M.T : Pourquoi pensez-vous qu’il est nécessaire de souscrire une assurance avant ce type de voyage ?

 JLG : L’Assurance Voyage est toujours nécessaire, qu’importe la durée ou la distance du voyage. AVI propose de l’assurance voyage depuis 1981. Nous avons toujours favorisé des garanties de haute qualité, qui s’accompagne bien évidemment d’un coût mais aussi de qualité de service, fiabilité et forte reconnaissance de la part des voyageurs..

Marco Polo, notre produit pour les Globe Trotters est N° 1 sur la plupart des blogs des voyageurs au long cours. Nous assurons également beaucoup d’étudiants qui décident d’étudier en dehors de leur pays d’origine dans la perspective d’acquérir des compétences linguistiques ou spécifiques durant  la durée de leurs études.

Marco_Polo_Famille_Seniors

À tout moment de l’année, nous avons 85 000 personnes en garantie, dont les boursiers des gouvernements Espagnol et Italien.

M.T : Quels sont les continents les plus prisés par ces voyageurs ? Y-a-t-il une différence entre les voyageurs Espagnols et Français ?

JLG : Les parties du monde les plus visitées par nos voyageurs sont les États-Unis et l’Amérique du Sud. Les routards Espagnols et Français visitent les mêmes endroits bien qu’évidemment  l’Amérique du Sud reste plus attrayante pour les touristes espagnols.  Ensuite vient l’Asie comme région populaire à visiter, souvent liée à l’Australie qui est « proche » comparée à un séjour en Europe.

Beaucoup de participants « Programme Vacances et Travail » bénéficient de visas leur permettant de travailler tout en visitant le pays, beaucoup commencent par le Canada, puis le Japon, Singapour, la Corée, l’Australie, la Nouvelle Zélande.

D’autres préfèrent débuter leur tour avec l’Argentine.

Nouvelle image (5)

L’EVOLUTION DU SECTEUR DANS LES RECENTES ANNEES

M.T : Quel est le profil de vos clients actuels souhaitant souscrire une assurance voyage ?

JLG : Nous avons développé plusieurs plans d’assurance, court ou long terme, pour tous types de voyageurs.

Assurance court terme Individuelle, dont forfait weekend ou milieu de semaine pour les escapades en UE,

forfaits Familles afin d’offrir une bonne assurance pour ceux qui voyagent avec leurs enfants,

Programmes Senior  puisque désormais les personnes retraitées voyagent de plus en plus ou se rendent dans les locations au soleil durant des mois pendant l’hiver ou visitent aussi leurs enfants expatriés vivant à l’étranger. 

Nouvelle image (7)

Nous avons également une assurance long-terme dédiée à l’année sabbatique : Marco Polo assurance.

Les étudiants ne sont pas oubliés avec un choix de 3 formules,  du plus abordable au plus exhaustif.  

Nous assurons également les organismes d’études de langues pour des séjours linguistiques d’été et bien entendu les écoles, les universités.

Nous allons prochainement introduire un plan destiné aux visiteurs Schengen.

 M.T : Ce profil client a-t-il changé ces dernières années ?

JLG : Absolument. Des séjours plus longs, moins de routards et plus de familles qui ont tendance à voyager plus confortablement.

Egalement beaucoup de seniors. Comme l’espérance de vie augmente aussi bien que la santé s‘améliore, énormément de seniors voyagent.

Maintenant, certains prennent leurs petits-enfants pour les vacances à l’étranger et notre plan famille leur convient parfaitement comme nous pouvons l’adapter pour de multiples générations.

 M.T : Dans le contexte de crise financière, les gens ont tendance à attendre pour acheter au dernier moment. Cela se réfère-t-il  aussi au secteur de l’assurance ?  Est-ce que cette attitude de dernière minute est répandue parmi les souscripteurs d’assurance voyage ?

JLG : Oui et non. Dans ces temps de crise, les gens vont reporter leurs séjours à l’étranger et plutôt aller rendre visite à leur famille dans leur pays mais ils ne vont pas réduire les études de leurs enfants.

Ainsi, si un étudiant effectue un stage ou une année à l’étranger prévue dans le programme de leurs études, les parents vont investir dans l’éducation de leurs enfants.

C’était planifié, c’était connu, le coût de ces études a été épargné, plus d’étudiants partent étudier à l’étranger, qu’importe la crise.

Dans une autre mesure, les voyageurs en année sabbatique ont également planifié leur séjour, ils ont aussi épargné, budgété et même réalisé un deal avec leur employeur,  peut être loué leur maison et sont ainsi partis.

Il y a également la possibilité que lorsqu’ils reviennent, la crise soit loin!

 M.T : Avez-vous modifié la stratégie des ventes à cause de ces nouveaux facteurs ?

JLG : Oui, nous souhaitons offrir des plans d’assurance qui répondent exactement aux besoins des voyageurs. Ainsi, nous faisons quelques recherches et sommes ouverts à l’information provenant des médias, etc.

M.T : Comment voyez-vous le futur dans le secteur, et quels types de changements prévoyez-vo

us ?

JLG : De plus en plus de personnes vont voyager, pour les études, pour le travail, mais aussi pour le plaisir.

Notre monde est vraiment global.

Un de mes amis a un frère qui vit dans l’hémisphère sud et un autre au Canada.  Ils se voient tous les 3 ans et les frères reviennent aussi en France.

Une de mes filles a étudié au Japon. Nous sommes allés lui rendre visite et nous en avons profité pour visiter ce magnifique pays.

Ma seconde fille prévoit d’effectuer un stage aux Etats-Unis. Le fils de l’un de nos employés s’est rendu au Royaume-Uni durant 6 mois.

Nous avons différents partenariats, notamment beaucoup d’affinités avec des sites web et nous voyons tous ces gens qui projettent de voyager. Certains rêvent mais un jour, ils vont simplement faire leurs valises et partir.

Je suis optimiste pour le futur, les gens vont voyager pour le loisir, les études, les stages, le travail ou pour apprendre les langues.

Nous suivrons cette tendance et continuerons de proposer des plans d’assurances dédiées à tous et pour tout type de voyage.

 

Entretien réalisé avec Marta Turiño  (Chargée de Relations Publiques en ligne chez Internet Advantage) 

avi-international.com

L’année sabbatique : une coupure temporelle fructueuse

Par Caroline Ducrot avinew+baselinefr Faire le pont pendant une année, quoi de plus tentant ? Vous êtes bachelier, étudiant ou salarié ? Vous avez décidé de mettre votre vie en suspens et de tout laisser derrière vous pour parcourir le monde avec l’Assurance Marco Polo. Vous avez raison, prenez une année sympathique.

 

Les avantages 

 
Si vous partez pour effectuer un tour du monde, un séjour au pair, une mission de bénévolat ou un Permis Vacances Travail, l’assurance Marco Polo est là pour vous assurer sur une durée de 2 mois à 1 an (renouvelable).
  • Assurance sans franchisemarcopolo
  • Couvre vos frais médicaux (pharmacie, médecin, hôpital) dans le monde entier sans franchise et à hauteur de 300 000 €
  • Vos frais dentaires d’urgence
  • Pas d’argent à avancer en cas d’hospitalisation et rapatriement et pour votre rapatriement médical, les frais sont illimités
  • Vous avez la possibilité de prolonger l’assurance depuis l’étranger
  • Nous vous payons le billet de visite (2 000 € maximum) d’un parent si votre hospitalisation est supérieure à 5 jours, également en cas de décès accidentel
  • Un capital décès à hauteur de 15 000 € et un capital invalidité
  • Responsabilité civile vie privée (dommages corporels pour 750 000 €)
  • Préjudice moral esthétique 15 000 € maximum
  • Avance d’argent (en cas  de vol)  1000 €
  • Caution pénale 7 500 €
  • Assurance bagages 2 000 € maximum

Plus de détails sur les garanties sur avi-international.com Les années de césure, encore appelées « gap year » sont une tendance grandissante. L’occasion de marquer une pause dans ses études ou dans son travail en a réjouit plus d’un. La liberté offerte par la formule permet d’envisager une expérience enrichissante d’un point de vue professionnel et passionnant d’un point de vue personnel. En profiter pour partir en routard et parcourir le monde est une excellente idée. Mais pourquoi pas également faire du volontariat, s’engager dans l’humanitaire, réaliser un projet personnel, travailler à l’étranger (ce qui pourrait d’ailleurs permettre de financer ses études en rentrant avec l’argent gagné), muscler son anglais ou simplement penser à l’avenir…

Pourquoi s’octroyer un break ? Quels sont les avantages de cette expérience ?

L’idée préconçue selon laquelle l’année sabbatique serait une année perdue est totalement fausse. Beaucoup plus utile qu’on ne le pense, elle permet certes de souffler mais de renforcer l’épanouissement aussi bien personnel que professionnel. Eviter le stress et l’épuisement. Avec les études, les bacheliers et étudiants peuvent être atteints de lassitude et de déception. Prendre une bouffée d’oxygène se révèle alors comme une nécessité. Cette année est l’occasion de prendre le temps de la réflexion, à son rythme , sans la pression académique, à construire un projet d’études correspondant mieux à ses attentes et de se remotiver avant de plonger de nouveau dans les cours plutôt que de les subir sans perspective certaine. Des études ont démontré que les élèves qui s’accordent une année sabbatique sont renforcés. Ils reviennent fréquemment de leurs voyages plus indépendants, confiants, mûrs, plein d’énergie, avec l’envie de réussir, un plan de carrière défini, ainsi mieux focalisés pour continuer leurs études. Gagner en maturité et développer son intelligence émotionnelle. Se livrer à de l’auto-découverte contribue à l’enrichissement personnel et va permettre d’aider à comprendre ce que l’on veut et à trouver ses passions. Faire des choses que l’on n’a pas l’habitude de faire, être confronté à soi-même, partir loin de chez soi, de ses proches, gagner de l’argent, faire de nouvelles rencontres, découvrir d’autres modes de vie et façons de voir le monde sans être influencé. Et ainsi développer son sens de la responsabilité, prendre du recul et acquérir une réelle autonomie. Se faire sa propre opinion sur le monde. Apprendre par soi-même en dehors des cours, pas toujours objectifs et trop théoriques vis-à-vis de la réalité. Des compétences qu’on ne peut acquérir que sur le terrain. Un temps aussi pour avoir une réflexion sur soi-même en tant qu’individu afin d’avoir une meilleure compréhension des choses autour de soi et surtout de la vie telle qu’elle est et non comme racontée en cours. Des opportunités de travail avec d’autres cultures. kunyumba Pour renforcer ses capacités pratiques, perfectionner une langue étrangère, être en immersion dans son nouveau pays, il peut par exemple être favorable d’effectuer un Programme Vacances Travail ou d’être « jeune fille au pair »  ou encore d’envisager un voyage responsable dans le but de contribuer à un projet local, venir en aide aux populations locales et contribuer à protéger l’environnement. Une expérience unique à offrir aux employeurs. La césure est profitable pour le CV auquel on peut rajouter des expériences valorisantes, la maîtrise de nouvelles langues, des atouts comme l’autonomie, la curiosité, la maturité, la responsabilité… Simplement profiter de la jeunesse. Avant d’en baver un certain temps dans la vie active, autant profiter de l’énergie de la jeunesse !

Un concept approuvé et intégré dans les pays anglophones

Alors qu’en France, le système est plutôt verrouillé, des pays anglophones comme la Grande Bretagne, les Etats-Unis, l’Australie ou encore la Nouvelle-Zélande encouragent cette méthode sensée qui permet de se découvrir et de se responsabiliser comme des adultes avant de se lancer de manière définitive dans la vie professionnelle. Des programmes prévoyant une année de césure ont été créés volontairement et en Grande Bretagne, 230 000 personnes y auraient recours chaque année. Par ailleurs, des étudiants qui n’ont pas été acceptés à l’université en premier choix, peuvent choisir de prendre une année sabbatique pour se créer d’autres atouts afin de mieux revenir et cela fonctionne plutôt bien. La décision prend alors tout son sens et cette persistance est validée.

Le congé sabbatique en France : un droit à demander à son employeur

libreDe la même manière que pour les étudiants, le Royaume-Uni encourage cette pratique au niveau des salariés. 20 % des entreprises privées privilégient le congé sabbatique, le considérant comme profitable. Et il est vrai que les congés payés ne suffisent pas pour sillonner le monde. Dans la législation française, un salarié peut donc lui aussi, choisir d’interrompre momentanément sa carrière en demandant à son patron un congé sabbatique qui peut s’étaler entre 6 et 11 mois. Le contrat de travail est alors suspendu, non rémunéré mais il est certain de retrouver sa place à son retour. Pour en bénéficier, vous devez avoir une ancienneté de 36 mois minimum dans l’entreprise et 6 années d’activité professionnelle derrière vous. Nul besoin de se justifier, il convient néanmoins d’en informer son employeur trois mois à l’avance par lettre recommandée avec accusé de réception, voire en parler directement face à lui. Il aura ensuite deux mois pour réfléchir à valider votre congé, par lettre recommandée également. En cas de refus, 15 jours sont à votre disposition pour contester auprès du conseil de prud’hommes. Il est possible d’exercer une autre activité professionnelle pendant ce congé, tout en respectant les obligations de discrétion et de non-concurrence. Quant à la Sécurité Sociale, vous continuez à bénéficier des prestations d’assurance maladie, de maternité…

L’année sabbatique en famille

Nouvelle image (6)Mettre le quotidien entre parenthèses et faire découvrir la beauté du monde à ses enfants : une idée palpitante. L’envie d’aller à la rencontre des populations, de découvrir toutes les facettes du monde, y compris celles où les ressources ne coulent pas à flots, gagner en maturité et surtout vivre une unité familiale forte comme jamais. L’expérimentation de cette nouvelle existence vous rendra épanouis et l’énergie retirée rejaillira sous forme de créativité lorsqu’il sera temps de retourner au travail…une année bien plus tard. En attendant, pensez aux démarches comme louer ou quitter le logement et déscolariser les enfants. Munissez vous également d’une bonne assurance tour du monde !

Le tour du monde en 365 jours

Jules Verne avait parié que 80 jours suffiraient à faire le tour de la planète. Encore mieux, vous, vous disposez de 285 jours de plus. De quoi bien prendre le temps d’élaborer un planning itinéraire, temps, budget, santé, sécurité, etc tous les conseils bien résumés sont sur connaisseursvoyage.fr Sur quel continent commencer la conquête ? Les buildings new-yorkais, les temples Maya, Rio de Janeiro, faire un détour par le Machu Picchu au Pérou, se diriger ensuite vers la Tour Eiffel de Paris, le Colisée de Rome, les îles grecques puis les déserts africains, la grande place de Moscou, les pagodes asiatiques ou encore la terre des kangourous ? Maintenant, il ne reste plus qu’à penser votre périple dans les moindres détails. Prévoir l’assurance, le budget, les visas, les déplacements, l’hébergement et une visite chez le médecin pour d’éventuels vaccins…tourdumonde Sources : avi-international.com wyseworkabroad.org graines-voyageurs.fr routard.com boursetudes.com connaisseursvoyage.fr Photos blog.moovijob.com kunyumba.org