Projet coup de coeur : Pianocéan

Pianocéan

Pianocéan est un projet créé par Marieke Huysmans Berthou. Cette pianiste chanteuse de 26 ans aux influences classiques et jazz est aussi une navigatrice diplômée de l’écPianocéanole de navigation de Glénans. Les autres membres de l’équipe sont Sylvain Canaferia, et Anne-Lise Lepellec. Sylvain est un marin aux 10 années d’expérience ayant déja beaucoup travaillé dans le milieu associatif. Anne-lise est une photographe voyageuse ayant travaillé longtemps avec Marieke.

Le projet:

L’équipe de Pianocéan a aménagé leur goélette du nom de « Lady Flow »pour en faire un studio musical : la cabine arrière hébergera un studio d’enregistrement de qualité professionnelle ainsi qu’un piano et un système de sonorisation. Le piano et le système de sonorisation seront mobiles et s’installeront sur le pont arrière afin de donner en représentation le répertoire de Pianocéan. Il sera composé d’œuvres interculturelles réalisées en collaboration avec les habitants locaux. L’objectif est de créer une œuvre qui raconterait l’histoire locale en musique pour ensuite être représentée en publique sur le pont du bateau. Voici l’itinéraire prévu pour Avril 2015 : La goélette Lady Flow, quittera le port de Sète pour longer les côtes françaises et rejoindre Monaco. Le voilier se dirigera ensuite vers la Corse puis rejoindra l’Italie pour descendre jusqu’en Sicile.

L’organisation:

Une escale durera environ 6 jours, le temps de nouer des liens avec les locaux, de rechercher des musiciens et de monter un représentation qui se fera sur le pont de la goélette.

Jour 1, 2 et 3

Rencontre des habitants, artistes, gardiens de la mémoire de l’île de toute génération. Alternance de visites sur l’île et de « permanences » sur le voilier : visite de l’outil Pianocéan, écoute des enregistrements des îles précédentes, récit des précédentes rencontres. Un temps d’échange avec les écoliers de l’île sera organisé systématiquement : visite du voilier, atelier d’enregistrement, discussion autour du projet Pianocéan, la richesse des différentes cultures, l’aventure et le voyage. Des échanges avec des classes françaises pourront être mis en œuvre.Pianocéan 2

Jour 4 et 5

Avec les personnes volontaires, une création collective musicale sera réalisée. Il s’agit de mettre en musique et en mots une partie du patrimoine de l’île. Ce travail de création se construira autour d’un air local, d’un poème, d’une légende, d’une histoire de l’île. La fin de la 5ème journée sera consacrée à l’enregistrement de cette création collective dans le Studiocéan.

Jour 6

Le soir du dernier jour, une représentation sera organisée. Depuis le pont du Lady Flow, la « Pianigatrice » interprétera les airs composés au cours du voyage et transmettra les histoires des îles déjà parcourues. Ce rendez-vous préparé tout au long de la semaine sera un moment privilégié d’échange avec l’ensemble des habitants du territoire. Les participants à la création collective monteront à bord pour venir interpréter leur œuvre.

L’ensemble des temps de rencontre, de création, les ateliers et les représentations, sera proposé gracieusement à la population locale. Il s’agit d’événements gratuits et accessibles à tous.

Si vous avez aimé le projet vous pouvez leur rendre visite sur leur site, ou sur leur page facebook.

Sans titre

Lauréat de la bourse AVI 2014 : Des Abeilles et des Eléphants

Bannière Bourse

Des Abeilles et des Éléphants

A et B 3

© Michel Rilhac 2014

Un projet mené par Alexia, Hélène, Clothilde et Marine, 4 étudiantes en 2ème année de l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse. Les lauréates AVI vont partir en Zambie pour gérer un conflit qui menace de dégrader à la fois le niveau de vie des locaux, mais aussi l’environnement de ces derniers. En effet les éléphants là-bas sont une menace pour les populations, mais nos lauréates comptent bien leur venir en aide, tout en préservant leur environnement: voici un aperçu du projet « Des Abeilles et des Éléphants »

Le contexte :

Après une période de braconnage intensif dans les années 1970 et 1980, les effectifs d’éléphants sont en augmentation en Afrique. Mais parallèlement, leur habitat est progressivement réduit par l’extension des activités humaines. Les conflits Homme/Éléphant deviennent de plus en plus fréquents. Les paysans défendent leurs ressources en leur jetant des pierres, en tirant des coups de feu en l’air, voire en braconnant les animaux, même si c’est illégal. Ces conflits sont à l’origine de blessures voire de morts tant du côté des hommes que des éléphants, et rendent les éléphants de plus en plus agressifs. Des méthodes plus pacifiques existent. L’usage de barrières électrifiées, de barrières enduites d’huile pimentée ou la production de piment (répulsif naturel) sont des techniques de dissuasion qui ont déjà fait leurs preuves.

L’origine du projet :

Le docteur Lucy King a déjà abordé la question et est l’auteur du projet “Elephants and Bees”. Cette chercheuse britannique a montré que les éléphants adoptent un comportement de fuite au bruit des abeilles dérangées et émettent un infrason pour prévenir les éléphants des alentours du danger. Des barrières de ruches sont déjà installées autour des fermes au Kenya, au Botswana, en Tanzanie, au Mozambique et en Ouganda. Les ruches sont reliées les unes aux autres par un fil, ce qui fait que si un éléphant tente de pénétrer dans la ferme, ce n’est pas une ruche mais plusieurs qui vacillent et laissent s’échapper les abeilles dérangées.

abeilles et éléphants

Leur projet :

Alexia, Hélène, Clothilde et Marine souhaitent reproduire le projet de construction de ruches du Dr. King dans le parc national Kasanka en Zambie. Les dégâts causés par les éléphants sur les cultures posent un réel problème économique pour ces paysans de subsistance. La sécurité alimentaire des populations voisines du parc est mise en péril. L’objectif est donc d’améliorer les conditions de vie des populations locales. Cependant, en tant que futures vétérinaires, le maintien de la biodiversité et la préservation des éléphants du parc leur importent tout autant. De plus, ces animaux sont l’attraction phare du parc. Ils permettent son développement touristique et donc, indirectement, le développement des villages voisins.

Ces pachydermes sont donc un patrimoine avec lequel les villageois doivent apprendre à cohabiter s’ils veulent pouvoir se développer.

La porteuse du projet Alexia Rondeau sera présente à notre soirée du voyage solidaire le 2 juin:

Nos lauréats partirons avec des assurance Marco Polo offerte par AVIMarco Polo

Par Carl SCHROEDER Minilogo

Lauréat de la bourse AVI 2014: Les Hadzabes derrière la caméra

Bannière Bourse

Les Hadzabes derrière la caméra

En 2012, Marion Longo, étudiante en ethnologie & sociologie à l’université de Toulouse, part dans le nord de la Tanzanie, auprès d’une tribu de chasseurs-cueilleurs: les Hadzabes. Pendant 2 semaines, Marion partage le quotidien de cette tribu et noue des liens particuliers avec ces derniers. Après cette expérience, Marion décide d’agir pour venir en aide à ce peuple qui est menacé de disparaitre et monte ce projet en solo.

Quels problèmes rencontrent-ils?

Le problème des Hadzabes est qu’aujourd’hui, il ne leur reste plus que 10% de leur territoire ancestral. L’accès à la terre est le problème principal, cette tribu nomade a besoin d’un large espace, puisque chasseurs-cueilleurs. De plus, avec le développement du tourisme en Tanzanie, les « parcs naturels » se multiplient et de nombreuses ethnies sont chassées hors de ces grands espaces. Ces tribus se retrouvent donc hadzabesà empiéter mutuellement sur leurs territoires et celui des chasseurs-cueilleurs se réduit sans qu’ils ne puissent rien faire. Des conséquences comme le manque d’eau et de nourriture font de ce phénomène un réel enjeu.
Les Hadzabes se mettent alors à commercer avec les ethnies voisines, afin d’acheter l’eau et les aliments qui leur manquent. Pour cela, leur seule ressource est bien souvent la visite de touristes dans leur camp et la vente de parures en perles. La sédentarisation près des villages et la dépendance vis à vis du tourisme est une conséquence rapide.
La tribu est obligé de se transformer pour s’adapter aux changements, et peut-être bientôt disparaître.

Comment agir?

Des démarches ont déjà été entreprise pour aider à la sauvegarde de cette culture. L’association Ujamaa Community Resource Team (UCRT) se bat pour les droits des ethnies du nord de la Tanzanie. Avec deux représentants Hadza, Naftali Kitandu et Richard Baallow ainsi que l’avocat Edward Lekaita, ils ont saisi l’occasion de défendre les droits des Hadzabes devant la commission et d’améliorer la reconnaissance des Hadzabes par le gouvernement.

En réalisant un film documentaire sur les Hadzabes, Marion compte leur donner une occasion de s’exprimer et surtout de se faire entendre pour sauver cette culture en péril.

Hadzabes dessin

© Michel Rilhac 2014

Marion sera présente à la soirée du voyage solidaire le 2 juin:
http://on.fb.me/1prss9i

Notre lauréate partira avec une assurance Marco Polo offerte par AVI:

Marco Polo

Sans titre

Réunion du jury de la bourse AVI du Voyage Solidaire – 20 mai 2014

Le jury de la bourse AVI du voyage solidaire 2014 s’est réuni ce mardi 20 Mai pour examiner tous les projets candidats et déterminer les 3 lauréats de cette année.

Voici la composition de notre jury:Solidarité et voyage

-Philippe Gojon, président du jury et DG d’AVI
-Pascal Blox, directeur administratif et financier de PIE
-Michel Rilhac, directeur du bureau France du groupe Kaplan International, membre de L’Office.org
-Delphine Vaills , présidente de l’UFAAP et directrice d‘Europair Services
-Ksenyia Yasinska, déléguée générale de l’UNOSEL
-Dolores Merino-Cebrian, Directrice Responsabilité d’entreprise Transat France

-Coralie Le Rasle, Magazine Carnets d’Aventures
-Stéphanie Paquet, AVI, Responsable Administratif et Financier
-Beatriz Valiente, AVI, Chargée de clientèle Département Europe du Sud.

Jury

70 dossiers ont été reçus cette année, 40 présélectionnés et étudiés par le jury 2014. De la Zambie à la Bolivie, en passant par le Sri Lanka, les dossiers ont été divers et variés. Des projets riches, une sélection finale difficile et de longues heures de délibérations ce mardi 20 mai 2014.

 

Les lauréats sont :

-« Les Hadzabes derrière la caméra » : Marion Longo réalisera un documentaire sur ce peuple de chasseurs-cueilleurs de Tanzanie. En leur donnant la parole, elle espère aider à la sauvegarde de leur culture en péril.

– « Des Abeilles et des Éléphants » : Alexia Rondeau et des élèves de l’École nationale vétérinaire de Toulouse iront en Zambie inciter certaines communautés à entourer leurs villages de ruches pour se protéger des éléphants. Le but : agir pour leur sauvegarde et favoriser l’utilisation des produits de la ruche.

– « Topo sans frontières – Mission Sri Lanka » : Loïc Idrès et des élèves de l’École Supérieure des Géomètres et Topographes (ESGT) du Mans effectueront la remise en état de bassins de cultures et aideront à rétablir les limites de propriétés. Ils amèneront du matériel et échangeront avec les élèves de l’université locale de topographie.

Les lauréats partiront avec une assurance Marco Polo offerte par AVI.

Nous sommes heureux de constater que la solidarité reste active autour de nous et attendons avec impatience la soirée du 2 juin du Voyage Solidaire pour faire connaissance avec les lauréats 2014 et découvrir les projets 2013 menés à bien.

Sans titre

Lundi 2 juin : grande soirée AVI du voyage solidaire

Pour la 4ème année consécutive, AVI International s’implique auprès des populations en difficultés en aidant des projets ayant une dimension de solidarité internationale. Le Lundi 2 juin 2014, 3 lauréats seront récompensés à hauteur de 3000 euros afin de réaliser des projets humanitaires.
Nous organisons donc une soirée autour de cet évènement afin, d’informer et de partager dans la joie et la solidarité.

Voici le programme de notre soirée:

A 20h, en introduction, les lauréats 2013 vont nous faire un compte rendu photos et vidéos de leurs expériences:

Autopias : Mené par Alexandre Vannier-Moreau (lauréat 2013), un groupe s’installe trois mois dans un quartier de Quito, la Roldos. Il mène des actions dans quatre directions : la nutrition, l’architecture, la psychologie et l’économie sociale.

Image


Kunyumba : Dans un centre d’orphelins du Malawi, Frédéric Mary (lauréat 2013) met en place un jardin potager géré selon les règles de la permaculture.

Image

Valorisation de plantes médicinales au Cambodge : Pendant 9 mois, François Chassagne (lauréat 2012), valorise les savoirs traditionnels du Mondulkiri.

Image

 

Projet sanitaire dans les villages Hmong du Laos : Jean-Michel Courtois (lauréat 2013) propose une formation à l’hygiène et veille à la mise en place de moyens techniques permettant de disposer de toilettes et d’une eau suffisante et potable.Hmong Laos

 

A 21h : Projection-rencontre autour du film « Dans les montagnes du Tibesti »

 

Image

En présence de Luc Federmeyer et de Maurice Freund.

Documentaire de Luc Federmeyer – 52 mn

Alors que la presque totalité du Sahel est sous la menace des enlèvements d’Occidentaux perpétrés par des islamistes, un massif montagneux du Nord du Tchad fait figure d’exception. Un des pionniers français du tourisme responsable, Maurice Freund, décide d’y emmener un groupe de Français en 2012.

 

A l’issue de la projection:

Un échange a lieu entre le public, le réalisateur et Maurice Freund. Et enfin, nous clôturerons cette soirée autour d’un verre solidaire.

 Alors venez nombreux partager ce bon moment avec nous!

Bannière Bourse 2

Prix: 3 euros
Réservez votre billet ici : http://culture-aventure.fr/achat-billets.htm

Accès :
-RER : Luxembourg (sortie rue de l’Abbé de l’Épée).
-Bus : 21, 27 (Feuillantines), 38 (Val de Grâce), 82 (Auguste Comte), 83 (Port Royal Saint Jacques), 84 (Panthéon), 89 (Mairie du V-Panthéon), 91 (Port Royal Saint Jacques).
-Métro le plus proche: Censier Daubenton (Ligne 7).
-Station Vélib’ face à l’entrée.

Sans titre

22 mars : Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires

Faites le plein d’idées pour organiser le séjour linguistique de vos enfants :

sal_sej_ling_logoSamedi 22 mars 2014
Lycée Henri IV Paris
De 10h à 18h
Entrée libre et gratuite

Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires

Vous cherchez un séjour linguistique, un job ou stage, un séjour au pair, une année scolaire à l’étranger. Vous avez besoin de conseils ?

Quelle formule choisir ? Quel organisme ? Quelles garanties ?
Venez retrouver les spécialistes des séjours linguistiques agréés répondant aux critères qualité et sécurité garantis par L’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques.

Rendez vous au Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires samedi 22 mars 2014 au Lycée Henri IV de Paris, ouverture de 10h00 à 18h00, entrée libre et gratuite

Gagnez 800€ pour votre voyage pédagogique ou votre séjour à l’étranger

Pour participer au Grand tirage au sort et tenter de gagner un bon de 800 € à valoir sur un séjour linguistique ou éducatif, imprimez le bon de participation ci-dessous et venez le déposer samedi 22 mars 2014 pendant le salon sur le stand n°37 de notre partenaire AVI International.

avinew+baselinefr

Inscrivez-vous dès maintenant aux conférences thématiques :

  • Bien choisir son séjour linguistique
  • Séjour linguistique : quel prix, quelles aides aux financements ?
  • Valoriser son CV avec les tests de langues
  • 3, 5, 10 mois au lycée à l’étranger

Pour en savoir plus : http://www.salon-office.com

Salon des séjours linguistiques le 22 mars prochain

22 mars 2014 : une journée pour organiser un séjour linguistique et éducatif en toute sécurité

sal_sej_ling_logoDécouvrez en une journée les formules de séjours linguistiques et éducatifs de façon vivante, conviviale et gratuite : immersion en famille, écoles de langues, voyages scolaires éducatifs, séjours au pair, cours+activités, jobs et stages… Avec une trentaine d’exposants, le Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires vous propose d’organiser les séjours à venir pour vos enfants, vous-même ou votre classe/ Des conférences thématiques auront lieu en continu.

Rendez-vous samedi 22 mars 2014 au Lycée Henri IV de Paris 5, de 10h00 à 18h00 – Entrée libre et gratuite.

Le seul rendez-vous des spécialistes agréés des séjours linguistiques et éducatifs

Placé sous les hauts patronages du Ministre de l’Education Nationale, du Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, et de la Commission européenne, le Salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires s’adresse aux parents, étudiants, lycéens, collégiens et enfants souhaitant organiser un séjour linguistique à l’étranger, et aux enseignants souhaitant organiser un voyage scolaire pour leur classe.

Notre objectif :
▪ Aider les enseignants, les jeunes et leurs parents à trouver aisément et rapidement que possible des réponses sérieuses et parfaitement fiables aux questions qu’ils se posent dans l’organisation de leur séjour éducatif et linguistique.
▪ Rassembler en un même lieu les organisateurs de séjours agréés et contrôlés par L’Office national de garantie des séjours et stages linguistiques.

Gagnez 800€ pour votre voyage pédagogique ou votre séjour à l’étranger

Pour participer au Grand tirage au sort et tenter de gagner un bon de 800 € à valoir s

ur un séjour linguistique ou éducatif, imprimez le bon de participation ci-dessous et venez le déposer samedi 22 mars 2014 pendant le salon sur le stand n°37 de notre partenaire AVI International.

avinew+baselinefr

En savoir plus sur www.salon-office.com

Le Twaming, une nouvelle forme de voyage engagé

Je TWAM, et vous?  Travel With A Mission vise à encourager les voyages qui ont du sens. Rejoindre la communauté du Twaming c’est découvrir une nouvelle forme de voyage engagé. Les membres inscrits sur la plateforme de TWAM bénéficient d’une réduction sur nos forfaits d’assurance.

Logo TWAM final2 Le Twaming, mais qu’est-ce donc? Le Twaming c’est nouvelle forme de voyage engagé. Car voyager, c’est un moyen de s’enrichir et de découvrir la diversité offerte par notre planète et les personnes qui le peuplent.  Mais voyager avec une mission, c’est mieux. C’est non seulement s’enrichir mais permettre à d’autres, qui ne sont pas forcément en mesure de voyager, de profiter du savoir et des compétences du voyageur. TWAM (Travelwithamission.org) est une plateforme internet en plein essor qui favorise de part le monde la rencontre entre –    les Twamers, des personnes souhaitant partager un savoir, une compétence ou une expérience et –    les Twamhosts des personnes appartenant à une ou plusieurs institutions  souhaitant leur offrir un public (écoles, universités, alliances françaises, hôpitaux, etc.). La communauté de TWAM est animée d’un esprit d’ouverture et de respect, de solidarité et d’entraide, et d’une volonté de construire des ponts d’amitié à travers la planète, indépendamment des questions d’âge, de genre, de nationalité ou de croyances. Depuis son lancement en mai 2013, ce sont maintenant plus de 60 pays qui sont représentés dans TWAM. Et les interventions proposes s’effectuent sur des thématiques aussi variées que la protection de l’environnement, l’apprentissage des gestes qui sauvent la vie, ou la communication par l’art. AVI International, le spécialiste de l’assurance voyage, s’est associé à cette belle initiative, et propose aux membres de TWAM une réduction sur ses forfaits d’assurance Marco Polo, Routard Assurance ou encore le Working Holiday Vous voulez plus d’information sur le Twaming ? avinew+baselinefr Devenir membre de TWAM ? profiter des réductions qui leur sont réservées ?   C’est par ici. wh routard marcopolo

Nouvelle destination Working Holiday en 2014 : le Brésil

  • Conséquence directe de la visite officielle de François Hollande au Brésil, un accord bilatéral de Permis Vacances Travail (PVT) entre la France et le Brésil a été signé en décembre 2013, à effet dès janvier 2014. 
  • Après l’Argentine, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, la Corée du Sud, le Japon, Hong Kong, Taïwan et Singapore, le Brésil sera donc accessible aux PVTistes dès janvier 2014.

WH2Le Programme Vacances Travail (PVT) ou Working Holiday Visa est le fruit d’accords bilatéraux permettant aux personnes de moins de 35 ans de résider dans un pays étranger entre 6 et 12 mois pour à la fois partir en vacances et aller travailler.

Le Visa Vacances et Travail ou Programme de Travail-Vacances (PVT) a pour objectif d’encourager la mobilité des jeunes dans le monde entier, avec la possibilité de chercher un travail temporaire pour payer le séjour. L’Australie, le Canada ou la Nouvelle-Zélande sont les destinations les plus demandées pour qui s’embarque dans cette aventure.PVT2

Quelles sont les conditions spécifiques au PVT au Brésil ?

  • on ne peut bénéficier d’un PVT Brésil qu’une seule fois.
  • avoir entre 18 et 30 ans (révolus, donc jusqu’à quelques semaines/mois avant vos 31 ans) à la date de dépôt de la demande de visa séjourner au Brésil principalement à des fins touristiques, tout en ayant la possibilité de compléter vos moyens financiers en travaillant
  • ne pas être accompagné de personnes à charge
  • posséder un passeport valide pour toute la durée du séjour
  • posséder un billet d’avion retour ou disposer des ressources suffisantes pour en acheter un
  • avoir les ressources financières suffisantes au début du séjour (on ne connait pas encore la somme demandée)
  • présenter un certificat médical prouvant que vous êtes en bonne santé
    voir un casier judiciaire vierge
  • contracter une assurance médicale couvrant la période du séjour est une autre des exigences-clés.

C’est pour cela qu’il est très important de connaître tous les détails des exigences et caractéristiques cessaires pour chaque pays, et pour organiser la possibilité de vivre une expérience si intéressante de la meilleure façon possible. Pour l’avenir, il s’agit d’une des options les plus évoquées : « Je crois qu’il s’agit d’un produit qui marchera très bien pendant les prochaines années, beaucoup d’espagnols partent à l’étranger à la recherche d’un travail, son prix est économique et les conditions sont très bonnes », finalise la chargée de clientèle d´AVI International.

En savoir plus sur l’accord bilatéral récemment signé sur le site du ministère des Relations extérieures du Brésil

Le visa Working Holiday, une option en plein essor pour travailler à l’étranger

  • Étant donné la situation de crise économique que beaucoup de pays connaissent, de plus en plus de jeunes choisissent cette option.
  • L’éducation, le travail et le sport sont les activités les plus recherchées par ces voyageurs temporaires.

WH2Un des mots que nous avons incorporé à notre vocabulaire en tant que conséquence de la crise est «expatrié». Des dizaines de milliers de citoyens français ont traversé les frontières à la recherche d’un meilleur futur, dans les pays voisins, en traversant l’Atlantique ou même dans le marché asiatique.

Dans ce sens, une des formules qui est en train d’acquérir plus de force chez qui veut partir travailler à l’étranger est le Programme Vacances Travail (PVT) ou Working Holiday Visa, qui permet aux personnes ayant moins de 35 ans de résider dans un pays étranger entre 6 et 12 mois pour à la fois partir en vacances et aller travailler.

Le Visa Vacances et Travail (VVT) ou Programme de Travail-Vacances est le fruit d’accords bilatéraux ayant l’objectif d’encourager la mobilité des jeunes dans le monde entier, avec la possibilité de chercher un travail temporaire pour payer le séjour. L’Australie, le Canada ou la Nouvelle-Zélande sont les destinations les plus demandées pour qui s’embarque dans cette aventure.PVT2

Travail en vacances ou en été

Il existe deux éléments dans le Programme Vacances Travail. D’une part, la possibilité d’effectuer un Travail en Été pour étudiants, destiné à de jeunes étudiants qui profitent de leurs vacances pour travailler dans un autre pays pendant une période de 3 mois maximum. Dans ce cas, il est indispensable que ceux-ci soient inscrits au sein d’une institution d’éducation post-secondaire ou d’un centre de formation. Et porteurs d’une assurance voyage adaptée.

D’autre part, la catégorie Travail et Vacances PVT, est conçue pour des voyageurs qui désirent faire du tourisme, connaître une culture et travailler en même temps, et pour une durée de 12 mois maximum. Cette formule s’étend de plus en plus parmi les jeunes, puisqu’il s’agit d’une bonne solution au chômage toujours présent dans plusieurs pays européens, avec en plus la possibilité d’apprendre une langue étrangère.Nouvelle image

Beatriz Valiente, chargée de clientèle chez AVI International, souligne «l’importante croissance d’appels et de contacts que nous avons reçus en ce qui concerne l’assurance Working Holiday en comparaison avec l’année 2012, surtout les couvertures générales de l’assurance». D’autres questions qui intéressent spécialement les candidats pour ce visa est «la possibilité d’intégrer le sport et les loisirs et le travail manuel en option dans l’assurance, et la possibilité de visiter les pays limitrophes, mais pour un maximum de deux semaines».

Et quelles sont les destinations choisies ? Il existe des dizaines de pays où le candidat d’un Working Holiday visa peut voyager. Pour les citoyens français, il y a un large éventail d’accords signés: le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon, Singapour, Taïwan, la Corée du Sud, Hong Kong et l’Argentine. «La plupart des assurés français partent en Australie, en deuxième lieu en Nouvelle-Zélande et en troisième lieu au Canada. Peu osent voyager et travailler dans d’autres pays comme l’Argentine, la Corée du Sud, le Japon ou Singapour. Dans le cas des espagnols, 100 % d’entre eux sont partis au Canada lors de leur Working Holiday», signale Beatriz Valiente.

5 conseils pour le Working Holiday Visa kangoo

À l’heure de se lancer et expérimenter la formule Travail en Vacances, il existe des limitations en ce qui concerne les exigences demandées pour accéder à cette formule; dans la plupart des cas, assez restrictives :

  • Il est indispensable d’avoir entre 18 et 35 ans inclus.
  • Pour plusieurs destinations, il est nécessaire de disposer d’une grande somme d’argent pour pouvoir couvrir les besoins qui surgissent dès le début du séjour.
  • Le besoin de contracter une assurance médicale couvrant la période du séjour est une autre des exigences-clés. À l’heure de le contracter, Beatriz Valiente ajoute la condition d’« avoir obligatoirement le visa Working Holiday accepté ».
  • Il est important de savoir qu’il existe des limitations à l’heure de faire des études et de travailler : dans le cas de la Nouvelle-Zélande et du Canada, le Working Holiday Visa ne permet de travailler respectivement pendant 6 mois, et jusqu’à 1 an. Dans le cas de l’Australie, un certain niveau d’anglais certifié est exigé. De plus, les possibilités de se rendre dans un pays ou dans un autre dépendent du pays d’origine.
  • Analyser le pays de destination et ses indices économiques et de chômage afin de voyager dans un pays qui permette les meilleures chances de travail.grande-barriere-corail.jpg

C’est pour cela qu’il est très important de connaître tous les détails des exigences et caractéristiques cessaires pour chaque pays, et pour organiser la possibilité de vivre une expérience si intéressante de la meilleure façon possible. Pour l’avenir, il s’agit d’une des options les plus évoquées : « Je crois qu’il s’agit d’un produit qui marchera très bien pendant les prochaines années, beaucoup d’espagnols partent à l’étranger à la recherche d’un travail, son prix est économique et les conditions sont très bonnes », finalise la chargée de clientèle d´AVI International.